Culture is future »

15.08.2014

Revue du web - 15/08/2014

L’artiste au sein des conflits

Si l’art s’ancre dans un contexte social et le traduit par des formes, des couleurs ou des concepts, que devient son action lorsque la société est entrainée au sein d’un conflit ? Est-elle légitime ? L’artiste est une figure prescriptrice, il détient donc une force politique dissimulée à même d’influencer les conflits par la diffusion de messages, notamment de paix, mais aussi par sa capacité à offrir une vision singulière des évènements, c’est le cas du film Ana Arabia.


Conflit israélo-palestinien : les cinéastes ont-ils leur mot à dire?

Après la pétition des huit cinéastes appelant à un cessez-le-feu dans la bande de Gaza, la question de la fonction civique et politique du septième art fait débat.

Lire sur LeFigaro.fr

 

L'influence des arts au coeur de la crise du Moyen-Orient

Les guerres métamorphosent les sociétés, et l'art peut servir à apprécier ces changements. Dans la guerre qui frappe le Moyen-Orient, les artistes se trouvent entravés dans leur travail, et certains sont contraints d'émigrer. Mais ils croient encore à la capacité de guérison de l'art.

Lire sur DW.de

 

«Ana Arabia»: un labyrinthe pour la paix

Amos Gitaï utilise une prouesse technique, son film est un unique plan-séquence d'1h20, pour nous livrer une vigoureuse affirmation politique: sous ce ciel unique, il n’y a qu’une terre à habiter par tous.

Lire sur Slate.fr

 

L’initiative Tombouctou Renaissance (TR)  vise à tirer parti du patrimoine et de la culture malienne et, en particulier, de celui et de celle  de Tombouctou afin de promouvoir la paix et la prospérité. Cette stratégie incluse dans cette initiative a pour but de stimuler les industries créatives malienne (par exemple le tourisme, la littérature, l'architecture, la musique, la production cinématographique et artisanale) et mobiliser l'investissement pour un développement économique durable.

Lire sur Brookings.edu

Crédit photo : Thierry Eermann