Culture is future »

24.10.2012

"La danse à mille temps", par Mourad Merzouki


La culture / la créativité vous donne-t-elle une raison d’espérer ?

De manière évidente !  Mes passions que sont la danse et la chorégraphie me construisent en tant qu’individu et en tant qu’artiste dans le rapport aux autres. Né en France, fils d’immigré avec mes doutes et mes questions, le regard des autres s’est modifié depuis que je suis danseur. Mes propres réactions ont également changé. La danse m’aide à prendre une place sereine dans la société. Plus qu’une raison d’espérer c’est un espoir réalisé : les disciplines artistiques modifient profondément le regard, l’image, la conception, l’appréhension des individus. En positif.

 

Qui l’incarne le mieux ?

Un homme en noir et blanc : Charlie Chaplin. J’aime son rapport à la scène, au spectacle : ce qu’il fait avec trois fois rien, entre l’émotion et l’humour. Il m’a beaucoup influencé dans mon travail.

 

Quel est, dans vos spectacles, celui qui concrétise votre raison d’espérer ?

Dans mes spectacles, je ne raconte pas mes doutes, mes colères. Je ne souhaite pas m'enfermer dans un seul et même style. J’aime la diversité  des artistes qui sont sur le plateau – des favelas aux musiques de l’Europe de l’Est –  mais aussi des niveaux de lecture différents offerts aux spectateurs. Le spectacle est une passerelle entre les pays, les cultures. Il incarne la diversité et est une véritable ouverture sur le monde, avec une meilleure compréhension aussi.

 

Comment souhaitez-vous la transmettre aux générations futures ?

Le hip-hop est une culture qui vient de la rue et non du conservatoire. Même si son histoire est jeune, il compte aujourd'hui des danseurs devenus grand-pères !

La transmission de cette danse durant toutes ces années s'est faite de manière spontanée avec des codes qui appartiennent à toute une génération issue des quartiers. Aujourd'hui, le hip-hop ne se pratique pas seulement dans la rue et la banlieue, il évolue dans les théâtres, les écoles de danse, au conservatoire, et dans les Centres Chorégraphiques Nationaux, ce qui le rend multi-générationnel. Des croisements essentiels pour sa transmission et son évolution.