Culture is future » Financements et modèles économiques

18.07.2013

Il n'y a pas que le Bébé Royal qui booste l'économie britannique

©Birmingham_News_Room

Le Arts Council England a commissionné une enquête indépendante menée par le Centre for Economics and Business Research (CEBR) pour évaluer la contribution des arts et de la culture à l’économie moderne, sur une échelle nationale et régionale.

Les principaux enseignements de cette étude sont les suivants :

-          Les arts et la culture représentent 0,4% du PIB, un rendement important au vu des 0,1% du budget national investis par le gouvernement dans ce secteur.

-          Les arts et la culture sont un secteur à échelle importante qui possède un revenue de 12,4 milliards £ et une VAB de 5,9 milliards £ en 2011

-          Les arts et la culture génèrent plus pour chaque pound investi que le secteur médical, la grande consommation, ainsi que les secteurs professionnels et de business

-          Les arts et la culture génèrent 0,45% des emplois au Royaume-Uni et 0,48% des emplois en Angleterre.

-          Près de 856 millions £ sont dépensés dans ce secteur par les touristes au Royaume-Uni chaque année.

-          La contribution financière du secteur à l'économie s’est accrue depuis 2008, malgré la crise financière.

Etudiant la contribution du secteur culturel à l'économie en général, l'étude souligne que le financement public contribue fortement à encourager l’innovation créative. Si le secteur public est réticent à investir dans des projets précaires, sans date de réalisation finale et de rendement prévu, il compense tout de même en offrant son soutien aux organisations créatives afin d’explorer le potentiel de nouvelles idées hors des sentiers battus.

Le Arts Council résume l'objet de l’enquête de la manière suivante : « Notre société subventionne les arts et la culture parce qu’ils ont le pouvoir de nous former et de nous inspirer, de poser des questions et des problématiques à résoudre, à la société dans son ensemble ou à des individus en particulier. La culture est une contribution primordiale à notre qualité de vie et stimule note imaginaire. Il est également important de prendre en compte tous les avantages potentiels de l’investissement dans le secteur des arts et de la culture, surtout à une époque de restrictions budgétaires ; Il faut donc faire le meilleur usage de cette contribution de la culture à nos vies. »

Les impacts macroéconomiques du secteur des arts et de la culture

Le secteur contribue en moyenne à hauteur de 0,4% aux économies nationale et régionale du Royaume-Uni. Cependant, malgré une contribution plus importante à Londres du secteur des arts et de la culture à l'économie de la cité (0,57%), le phénomène de spillover est sans doute le plus faible comparée aux autres régions. Cela signifie que l’économie londonienne est incapable de répondre entièrement aux besoins du secteur culturel : la majorité de ces apports doivent provenir de l’extérieur de la cité, ce qui réduit les effets de spillover intramuros.

"Spillover" culturel induit grâce au tourisme

L’étude du "spillover" du secteur induit par le tourisme révèle que globalement, 10 millions de visiteurs se rendant au Royaume-Uni, soit 32% des visites totales au Royaume-Uni, intègrent le facteur culturel dans la motivation de leur voyage. Leurs dépenses culturelles représentent 42% des revenus issus du tourisme, soit 7,6 milliards £.

Le rôle des arts et de la culture dans le soutien aux industries créatives

Selon Nesta, les industries créatives contribuent à hauteur de 5% aux emplois du Royaume-Uni, 10% du PIB du pays et 11% de ses exportations. Les arts et la culture jouent un rôle important dans le soutien de ces industries.

Les résultats préliminaires montrent l’étendue des liens entre le secteur arts et culture et celui des industries créatives. De surcroît, les industries commerciales et créatives contribuent pour plus de 26% à la chaine d’offre de l’industrie arts et culture. Les organisations soutenues régulièrement par le Arts Council au cours de l’année 2011-2012, ont produit 27 913 nouveaux travaux, émanant de 14 758 artistes anglais.

De la même manière, le soutien public aux arts et à la culture peut jouer un rôle vital pour encourager l’innovation créative, palliant à la réticence du secteur privé à investir dans des projets incertains. Certains travaux ambitieux et novateurs peuvent, dans certains cas, devenir un succès commercial comme ce fut le cas de War Horse. Inspiré d’un spectacle de marionnettes donné au Battersea Arts Centre, ce spectacle du National Theatre a par la suite gagné de nombreux prix nationaux et internationaux, a été acclamé par Broadway et Toronto et a été adapté au cinéma.   

L'investissement dans les arts et la culture comme vecteur de régénération économique

Il existe de nombreuses études de cas portant sur la capacité régénératrice des arts et de la culture, notamment par la force des institutions et des événements qui y sont associés. Cependant, ces effets ne sont généralement pas évalués de façon systématique. A l'avenir, une attention plus forte portée à la collecte de données sur des projets individuels dans les arts et la culture faciliterait l’évaluation de leur contribution à cette régénération.

L'investissement local dans les arts et la culture permet de dynamiser l’effort créatif et commercial dans ce même espace, contribuant ainsi à rééquilibrer des économies qui ont vu décliner l'industrie traditionnelle. En 2008, lors de Liverpool Capitale européenne de la Culture, le nombre d'entreprises créatives a augmenté de 8%. Des évolutions similaires ont été observées autour des projets de la Turner Contemporary Gallery à et du développement culturel de Newcastle-Gates.

Les équipements locaux, y compris culturels, peuvent être pris en compte dans les motivations des individus lors du choix de la localité d'habitation, ce qui se reflète ensuite sur le marché de l’immobilier local. Basée sur une mesure de la « densité culturelle » développée pour cette étude, une corrélation positive a été établie entre les prix de l'immobilier et la densité culturelle d’un territoire. Grâce à des techniques statistiques, l'étude démontre qu’habiter dans une zone de densité culturelle deux fois supérieure à la moyenne pourrait être associé à une hausse moyenne d’au moins 27 000 £ sur la valeur du logement.

En outre, les recherches préliminaires à cette étude suggèrent que les effets de cette régénération, liés à l'investissement dans les arts et la culture, sont plus importants lorsque ces investissements sont liés à une zone géographique spécifique. La plupart des organismes artistiques et culturels interrogés déploient des efforts particuliers pour se « connecter » avec leur région et leur territoire.

Guillaume Pfister

Lire le dossier du "Centre Economics and Business Research"