Culture is future »

05.10.2011

DEBAT 2011 - La culture et les entreprises : quels critères ?

Sujet cher au Forum d'avignon qui sera débattu lors de l'édition 2011, les critères d'investissement dans la culture nécessitent une prise de conscience : critères qualitatifs et critères quantitatifs doivent être conjugués pour développer le secteur de la culture, des arts et des industries culturelles. L'étude 2011 réalisée par Kurt Salmon dans le cadre des groupes de travail du Forum d'Avignon précise cette analyse. Découvrez également la tribune de Diversum sur le sujet :

L’économie mauve, une nouvelle alliance entre culture et économie 

En ce début de XXIe siècle, le monde bouge, plus vite et plus fort que prévu, l’histoire se remet en marche. Les vieilles structures craquent, les équilibres anciens se rompent sous l’effet conjugué des mutations géopolitiques, démographiques, technologiques et des aspirations toujours renaissantes des peuples à la liberté et au bien-être. La richesse moyenne des nations progresse, même si persistent d’immenses poches de misère. L’éducation et la connaissance se diffusent, même si subsistent trop de zones déshéritées. On ne peut pas penser ce monde-là, qui émerge sous nos yeux, avec les seuls concepts d’hier. On ne peut pas y agir efficacement avec les seules méthodes de nos pères.

C’est à la lumière de ces bouleversements que la relation culture/économie doit être revisitée. La culture a cessé d’être un luxe de riches ou un divertissement d’oisifs. Elle irrigue tous les processus de production modernes. Elle comble le besoin de sens qui habite la communauté humaine. La culture telle que nous l’entendons, c’est à la fois un levier pour l’action et un écosystème vital. Elle constitue un outil sans pareil de déchiffrage d’un monde complexe et d’adaptation à un environnement volatil. Pas de vraie créativité, qu’elle soit artistique, économique voire politique, sans un vrai substrat culturel.

Elle est aussi un écosystème hypersensible à l’action humaine, dont elle enregistre tous les impacts. À l’ère technologique, cette activité foisonnante peut affecter les équilibres délicats qui font la richesse culturelle : unité et diversité, matériel et immatériel, patrimoine et création, avant-gardes et grand public.

Il est temps d’inventer, entre ces deux activités fondamentales que sont la culture et l’économie, une articulation vertueuse qui ne se réduise pas à une pure instrumentalisation de la première et à une vaine stigmatisation de la seconde.

Il est temps de proposer un discours de la méthode grâce auquel toutes les potentialités agissantes de la culture seront valorisées et toutes les valeurs humaines de l’économie seront privilégiées.

Il est temps de jouer le durable contre le court terme, la création de valeur contre le gaspillage des ressources, la synergie contre le chacun-pour-soi, l’éthique contre l’irresponsabilité.

C’est ce territoire en friche, celui d’une mondialisation à visage humain et enracinée, que se propose d’explorer l’économie mauve.

Mauve, couleur de la créativité et de l’imaginaire, dont les nuances signent le reflet d’une adaptation aux spécificités de chacun, pour autant qu’elles respectent les libertés fondamentales.

De chaque opération de l’homme découle une empreinte culturelle, c’est-à-dire un impact qui façonne l’environnement culturel.

L’économie mauve représente la part des activités humaines qui concourent à améliorer cette empreinte, afin de favoriser en toute chose la richesse et la diversité culturelles. Cette économie est transversale et, relevant surtout de l’immatériel, s’avère peu consommatrice de ressources naturelles.

Elle porte les germes d’une nouvelle croissance, liée à une meilleure adaptation des entreprises au marché et à une plus grande efficacité dans leur fonctionnement, par la compréhension des ressorts des gens pour lesquels et avec lesquels on travaille.

Parce que nous avons tous intérêt à valoriser ce potentiel économique, il convient d’organiser dès maintenant la révolution mauve.

 

Pour aller plus loin

1er Forum International de l'Economie Mauve

Diversum

 

Sur le même sujet

Toujours plus loin - Diversum, un label pour l’empreinte culturelle

DEBAT 2011 - Investissement culturel - Charles Landry, the art of city making

Toujours plus loin - Dar Al-Ma’ Mûm, une promesse pour l’art marocain

Qui est Barthélémy Toguo ?

Toujours plus loin - la culture, un pilier essentiel du développement durable

Toujours plus loin - Belgrade 2020, la culture pour transformer la société

Toujours plus loin - Maastricht, ville de culture

Toujours plus loin - San Sebastian, Capitale Européenne de la Culture 2016 : la culture pour la paix

Toujours plus loin - Les Rencontres de Tallinn « Les acteurs culturels de la Baltique : de la coopération transrégionale à la diffusion européenne. »

DEBAT 2011 - Investir la culture - Interview de Stéphane Mathelin-Moreau, Neuflize-OBC

DEBAT 2011 - Investir la culture - Interview de David Throsby

DEBAT 2011 - Investir la culture - Interview de Barthélémy Toguo 

DEBAT 2011- Investir la culture - Interview de Kjetil Tredal Thorsen, architecte, Snohetta 

DEBAT 2011 - Investir la culture - Interview de Florence et Daniel Guerlain, collectionneurs d’art contemporain

 

Crédit : Forum International de l'Economie Mauve