Culture is future »

19.04.2016

Contribution : "Le Forum d’Avignon @Bordeaux vu du web..." par Laure Pressac

Si le numérique est un formidable levier pour être informé et s’adapter rapidement, il est aussi un moyen de refuser les contraintes d’espace et de temps. D’espace, car il permet de participer sans être présent. Et de temps, car il conserve la matière et ouvre un second moment pour réfléchir, relire et préparer l’avenir. Voici donc le regard décalé dans le temps et l’espace d’une non-participante, 10 jours après les rencontres. De quoi a parlé ce Forum d’Avignon bordelais ? Qu’en retenir ? Qu’en faire ?

Un pan des échanges a été consacré aux données, à la confiance à leur accorder, aux modèles juridiques à inventer pour en garantir la transparence : finalement, à souligner combien le numérique et les technologies associées nous imposent de les comprendre pour mieux les cadrer, de les anticiper pour mieux les utiliser. Dans un espace repensé : celui de l’Europe de demain, qui doit poser sa marque et sa vision à la fois économique, culturelle et politique à ces évolutions.

Evolutions…et innovations : récompenser une start up culturelle, c’est reconnaître et souligner à quel point cet écosystème dynamique apporte de la richesse dans les espaces culturels, et nous aide à nous réinventer dans un modèle économique hybride, où anciens et modernes se « crossfertilisent ». Temps, liberté et risque seraient les trois mots qui les résument. Comme ces nombreux artistes, venus pour narrer, chanter, dessiner, interroger, s’exprimer : preuve que leur regard multiple est essentiel aux débats, à l’émergence d’une compréhension et d’une intention, d’une parole et d’approches diverses, d’un dialogue.

Tous ont souligné la nécessité d’investir (dans) la culture : de l’envahir, de la posséder, de la remodeler selon les enjeux et les défis que nos sociétés rencontrent aujourd’hui, qu’ils soient techniques avec la déferlante des algorithmes, sociaux ou politiques, face au fanatisme et à l’obscurantisme qui nous interpellent. « Porteurs de feu », éternels esprits positifs et singuliers, promoteurs de l’inclusif, expérimentateurs tenaces, inventeurs rigoureux, au service de l’émotion et du sens, les acteurs du monde culturel ont cette responsabilité de faire vivre la culture dans toutes ses richesses et ses valeurs, « socle d’une économie et d’une société durable ».

A l’heure de Twitter et de ces 140 caractères, s’il fallait résumer ces jours d’échange, vécus à distance, me viendraient deux mots : une injonction, osons, et un adjectif, plus que jamais porteur de sens : ensemble. 

À propos de Laure Pressac

Ancienne consultante en transformation, spécialisée sur le numérique et la culture, Laure dirige depuis deux ans la mission stratégie, prospective et numérique du Centre des monuments nationaux. Cet opérateur public préserve, ouvre au public et valorise une centaine de monuments en France, dont l’Arc de Triomphe, la villa Cavrois, le château d’Oiron ou encore l’abbaye de Montmajour…à découvrir sur www.monuments-nationaux.fr

Sur Twitter : @LaurePressac