Culture is future » Financements et modèles économiques

14.05.2013

Carte blanche à Cineuropa : Quatre questions à Marisella Rossetti

Interview avec Marisella Rossetti, responsable du Prix LUX

Depuis 2007, le Parlement européen s’engage, aux côtés des autres institutions européennes, à soutenir le cinéma grâce au Prix LUX. Pouvez-vous nous dire en quoi consiste le Prix et quel est son message?

Le Parlement européen est un modèle et un symbole de la diversité culturelle. Sa composition même reflète la multiplicité des langues et des cultures européennes.

Les pouvoirs législatifs du Parlement, renforcés par le Traité de Lisbonne, lui confèrent un rôle crucial dans la mise en œuvre des politiques européennes qui influencent au quotidien la vie de plus de 500 millions de citoyens. Cependant, dans les matières culturelles, les compétences du Parlement européen sont limitées.

Le Parlement vote en codécision avec le Conseil le budget annuel de l’Union européenne, et définit les contenus des programmes culturels et cinématographiques proposés par la Commission européenne

De plus, le Parlement a, en marge du jeu institutionnel, la possibilité de prendre des initiatives à visée symbolique qui lui sont propres.

Le Prix LUX fait partie de ces initiatives: c’est un instrument concret de soutien que le Parlement apporte au cinéma européen.

Sur le plan pratique, le Prix LUX poursuit deux grands objectifs : alimenter le débat public dans et sur l’Union européenne grâce aux films présentés, et promouvoir la diffusion des coproductions européennes en brisant la barrière des langues qui font obstacle à leur circulation au sein de l’Europe. Afin de remédier à ce problème, le Prix Lux offre le sous-titrage des trois films en compétition dans les 24 langues officielles de l’Union, ainsi que la production d’une copie numérique (DCP) par État membre.

 

Quelles ont été les évolutions du Prix Lux au cours de ces dernières années?

Les premiers pas du prix LUX sont peu connus en dehors du Parlement, mais très vite est apparue la nécessité de consolider son succès naissant, et encore fragile,  en élargissant le champ d’action du Prix, pour le faire connaître au public.

Ainsi l’édition 2012 du Prix LUX s’est accompagnée d’un nouveau défi, qui n’avait, je crois, jamais été relevé auparavant : les "LUX Film Days".

Ces journées Prix Lux consistent à projeter dans tous les Etats membres de l'Union les trois films en compétition sous-titrés dans les 24 langues de l’Union européenne, et ce durant une même période. Chaque projection est gratuite et suivie de débats auxquels participe le public.

Deux buts ont ainsi été atteints : toucher, par le biais du cinéma, un public peu familiarisé aux activités de communication du Parlement européen, et faire circuler les films dans toute l’Europe, soit en s’associant à des événements existants, soit en organisant des évènements spécifiques organisés par les Bureaux d’Information du Parlements des États membres et des députés.

Tout en conservant des projections au sein du Parlement et un système de vote mis en place par les députés, nous avons fait partager cette passion pour le cinéma européen au grand public.

À titre d’exemple, plus de 40 projections ont été organisées, et près de 30 000 personnes ont  ainsi bénéficié d’une séance de cinéma de qualité dans leur langue.

 

Avez-vous l'impression que le Prix LUX contribue à une meilleure connaissance du Parlement européen?

Le cinéma est probablement l'une des formes culturelles les plus aptes à créer un sentiment d'appartenance à un espace commun selon l'esprit européen.

À cet égard et grâce au Prix Lux, le Parlement ne fait pas du cinéma un divertissement mais il soutient la Culture, et ce avec la conviction que cette dernière a la capacité de contribuer à la création d'un espace public commun aux Européens.

A ce titre, le Prix LUX devient un des instruments de communication du Parlement européen permettant de diffuser les valeurs qu'il défend et d'aider les citoyens à comprendre le Parlement en tant qu'Institution.  Ainsi le Prix LUX est devenu un instrument de participation active. En effet, les films en compétition pour le Prix LUX ont donné lieu à des débats publics durant divers événements : lors des "LUX FILM DAYS" et de nombreux festivals de films, de la Journée internationale de la femme, de la Journée de l'Europe, dans les écoles ou encore par le biais des Bureaux d'information du Parlement européen.

Je tiens également à citer le projet «28 times cinéma» qui, depuis 2010, regroupe durant 10 jours 28 jeunes cinéphiles de toute Europe. Cet événement, organisé en collaboration avec les "Venise Days" et "l'Europa Cinémas", a fortement marqué les participants de notre Institution.

 

Le Festival de Cannes 2013 démarre bientôt. Y serez-vous présent? Quelles actions allez-vous mener?

Le Prix LUX est accueilli très favorablement dans les plus importants festivals de films internationaux.

Par exemple, durant le Festival International du film à Cannes, les députés européens présents rencontrent les associations européennes de professionnels du cinéma. Cette année sera entre autre marquée par une présence plus importante de notre délégation lors de la 1ere Assemblée des Cinéastes organisée par notre partenaire historique «La Quinzaine des Réalisateurs». 

 

Cineuropa

Cette année le forum d’Avignon s’associe à Cineuropa, le premier portail européen consacré au cinéma et à l'audiovisuel, pour une carte blanche sur le thème « la création, moteur de l’Europe ? »  À travers des informations quotidiennes, des interviews, des banques de données et des enquêtes approfondies sur l'industrie audiovisuelle, Cineuropa promeut le cinéma européen dans le monde.

 

Cineuropa.org

Sur Twitter : @Cineuropa

Et sur Facebook : facebook.com/Cineuropa

 

 

Carte blanche à Cineuropa : tous les articles liés