Culture is future » Financements et modèles économiques

24.09.2012

Article - L’Opéra pour tous… grâce au cinéma

L’Opéra National de Paris a récemment annoncé la mise en place d’un partenariat avec le groupe UGC pour la diffusion en direct de cinq opéras et de trois ballets dans une centaine de salles partenaires en France et dans le monde. L’occasion de revenir sur le succès de l’offre lyrique au cinéma.

L’opéra, intrus ou  aiguillon de la programmation des salles obscures ?

L’opéra en salles obscures, ce ne fut ni sans risque (de bides), ni sans contestation (des frileux). Lorsque les représentations lyriques ont fait leur apparition dans les salles du réseau Pathé Gaumont en 2008, inspiré du succès de « The Met : live in HD », le pessimisme des professionnels de l’Opéra comme des exploitants de salles ne se s’est pas fait attendre. Coté scène,  Gérard Mortier, alors Directeur de l’Opéra National de Paris, déclarait qu’il n’était « pas payé pour remplir les cinémas ». Coté salles, les exploitants voyaient d’un mauvais œil leurs écrans piratés par les mélomanes.

Néanmoins, Pathé-Gaumont avec ses saisons Pathé Live, rapidement suivi par le réseau UGC avec Viva l’Opéra ont tenu bon. Le succès artistique et public est depuis au rendez vous.  Au point qu’UGC pour sa troisième saison vient de lancer une formule d’abonnement adossée à leur carte de fidélité et que l’Opéra National de Paris a annoncé la mise en place d’un partenariat pour la diffusion en direct de cinq opéras (pour le premier, Les Contes d’Hoffmann d’Offenbach, diffusé le 19 septembre, UGC a vendu  80% des billets disponibles et plus de 10 000 spectateurs ont assisté à cette retransmission en France et en Europe) et de trois ballets dans une centaine de salles partenaires en France et dans le monde.

Une démocratisation qui draine de nouveaux publics

Les initiateurs comme Nicolas Joël, directeur de l’Opéra National de Paris, et Alain Duault parrain de Viva l’opéra UGC s’en félicitent. La diffusion d’opéras et de ballets répond à un objectif de démocratisation et de pédagogie envers un art jugé élitiste et adresse ‘une conduite accompagnée’ comme le dit joliment Alain Duault, au public souvent méfiant face aux grandes institutions. L’offre est alléchante : l’ubiquité (tous les maisons d’opéra du monde), la qualité (diffusion Haute définition, sous-titres en français) et parfois exclusivité (diffusion en direct). Enfin le prix,  –autour de 30 euros, moins avec les formules d’abonnements – est bien inférieur à celui d’une entrée à l’Opéra. Ces arguments expliquent les bons chiffres de la fréquentation : La Traviata de Verdi avec Nathalie Dessay donnée au Met et diffusée par Pathé Live a réuni en avril 2012 environ 34 000 spectateurs et Viva l’Opéra d’UGC a vu sa fréquentation augmenter de 40% lors de la dernière saison.

Une innovation gagnante pour tous

Malgré un coût technique de retransmissions (une quinzaine de caméras HD pour la production, la location de satellite loué 100 000 euros/heure), le pari est gagnant pour les opéras qui pallient en partie le déficit des coûts de production en hausse constante, alors que la jauge des salles ne varie pas,  en droits de diffusion, mais au-delà en visibilité, en notoriété, et in fine en élargissant leur publics. Le chiffre phare, reste celui de  la saison 2009-2010, où la vente de 2.4 millions de billets de cinéma dans le monde a rapporté au Met 24 millions de dollars pour un bénéfice net de 8 millions de dollars après retranchement des coûts de production. Pour ne pas être en reste, sur le Met et le Bolchoï, l’Opéra de Paris a enfin résolu l’imbroglio juridique de ses droits audiovisuels et créé sa filiale de production audiovisuelle pour diffuser ses spectacles en dvd ou en téléchargement en vidéo à la demande.  Et Nicolas Joël de rêver sur une mobilisation nationale dans une récente tribune dans Le Monde, « Le seul moyen pour arriver à faire des arts en général et de la musique en particulier un véritable outil de démocratisation culturelle serait que l'éducation nationale fasse de l'enseignement artistique et culturel une véritable priorité. »

 

Pour en savoir plus :

-          Site de Pathé Live 

-          Site de Viva l’Opéra

-          Article Ecole de journalisme de Sciences Po : Vous aimez l’Opéra ? Allez au cinéma !

-          Article Culture.fr : La Nouvelle saison de l’Opéra national de Paris 

-          Article Culture.fr : L’opéra au cinéma, vers une démocratisation du Bel canto