Newsletter
Octobre 2011
Débats 2011 : quatre débats, quatre études. Cette  quinzaine, Qui référence et qui prescrit – réellement – les œuvres culturelles sur Internet ?.
Préparez les débats et découvrez les articles CULTURE IS FUTURE: déjà en ligne plus de 100 articles de décryptage au quotidien de l’actualité internationale des sujets du laboratoire d’idées du Forum d’Avignon.

Avec en exclusivité pour la quatrième édition du Forum :
  •  Présentation des objectifs l’étude  et du débat 2011 « Qui référence et qui prescrit – réellement – les œuvres culturelles sur Internet ? »

Présentation de l’étude 2011 : Qui référence et qui prescrit – réellement – les œuvres culturelles sur Internet ?

Dans la newsletter de juillet 2011, nous vous annoncions l’étude de l’Atelier BNP-Paribas pour le Forum d’Avignon avec quatre interviews exclusives. A l’approche du Forum, la réflexion s’est enrichie de quatre nouvelles interviews que nous vous laissons découvrir…
L’étude analyse les nouveaux mécanismes de référencement de l’offre culturelle et observe la façon dont ils influencent l’accès à la culture afin d’apporter aux différents acteurs des pistes de réflexions susceptibles de les aider à mieux comprendre, gérer et utiliser ces nouveaux mécanismes.
Décryptage du fonctionnement des nouveaux dispositifs techniques de référencement. L’étude se penche sur deux types de mécanismes de référencement et de prescription pour décrypter leur mode de fonctionnement. D’une part, les moteurs de recherche, les places de marché et les réseaux sociaux qui constituent les « tendances lourdes » et, d’autre part, les sites d’achats groupés avec une forte composante locale, le développement de la géo-localisation, l’émergence de services spécialisés (vidéo, musique…) qui représentent des « signaux faibles ». Comment promouvoir l’offre culturelle sur Internet ? Afin de répondre à cette question deux niveaux d’analyse sont développés : une analyse théorique à partir des connaissances actuelles et en recueillant les témoignages et points de vue d’experts du réseau du Forum d’Avignon ; une analyse pratique à travers plusieurs études de cas et l’examen des meilleures pratiques constatées principalement dans les domaines du livre, de l’architecture, du spectacle vivant et du cinéma.
Comment les médias peuvent-ils conserver leur rôle de prescripteur ? L’étude analyse notamment les influences réciproques entre médias et services en ligne dans la prescription pour conclure sur le rôle, toujours essentiel, des médias.
Quel effet de l’Internet sur la diversité de l’offre culturelle ? L’enjeu de la diversité repose certes sur l’offre, mais également sur la demande, sur la réalité des pratiques. Il faut faire exister la diversité en faisant connaître au public le plus grand nombre d’œuvres, donc investir dans le référencement et … le marketing. L’étude aborde ces enjeux autour de plusieurs questions : Quel est le coût de l’accès aux canaux de prescription sur Internet ? Quelle est leur performance par rapport aux médias traditionnels ? Les nouveaux mécanismes de référencement et de prescription valorisent-ils la diversité de l’offre ou au contraire concentrent-ils la demande sur les bestsellers ?
 

Les interviews

Le Forum d’Avignon, en partenariat avec l’Atelier BNP-Paribas mène des entretiens afin d’enrichir l’étude qui paraîtra en Novembre 2011.

Amazon, acteur du référencement et de la prescription de contenus culturels sur Internet par Andrew Cecil, directeur des relations publiques, Amazon UE

Pouvez-vous décrire les principaux mécanismes de votre plate-forme qui jouent un rôle pour le référencement ? 
En termes de référencement, Amazon a la volonté d’avoir une offre la plus exhaustive possible. Ainsi, l’entreprise se tourne aussi vers les tiers pour élargir le choix de produits disponible sur son site Internet. Les libraires ont la possibilité d’utiliser Amazon comme plate-forme de distribution.
En ce qui concerne l’offre numérique, nous en sommes au tout début de l’expérience, même si Kindle propose déjà des centaines de milliers de livres. Amazon a aussi développé une plate-forme d’autoédition sur Kindle. Nous avons déjà de nombreux auteurs qui ont utilisé ce mécanisme avec un grand succès. Leurs livres sont pour certains devenus des bestsellers. Parallèlement à cette activité d’autoproduction et à son activité de distribution, Amazon a, aux Etats-Unis, un une activité d’éditeur.
Les autres questions posées à Andrew Cecil : Quelles sont les objectifs d’Amazon ? Quels sont les grands principes de votre modèle de développement économique ? Pouvez-vous décrire les principaux mécanismes de votre plate-forme qui jouent un rôle pour la prescription?

Référencement et prescription des oeuvres de l’INA sur Internet par Mathieu Gallet, PDG de l’INA

Quels sont les enjeux liés à la mise en valeur du patrimoine sur Internet ?
Grâce à la numérisation entreprise depuis 1999, nos archives ont radicalement changé de nature : elles sont devenues des objets audiovisuels instantanément consultables et communicables, accessibles à tous depuis le lancement d’Ina.fr. D’institution dédiée aux professionnels, l’Ina est ainsi devenu une entreprise culturelle de l’audiovisuel, qui œuvre à la diffusion la plus large possible de ce patrimoine.
Pour autant, dans un monde numérique caractérisé par une sorte d’hyper-présent, la place du contenu d’archive ne va pas de soi. Pour qu’il acquière une large audience, il faut parvenir à le présenter sous un jour nouveau, en le faisant entrer en résonnance avec les centres d’intérêt et les préoccupations des internautes d’aujourd’hui. C’est tout le rôle du travail éditorial que nous réalisons sur Ina.fr : quotidiennement, nous proposons notamment une vidéo du jour et des dossiers thématiques en lien direct avec l’actualité, qui renouvellent le regard porté sur notre fonds.
Le public a aussi la possibilité de découvrir nos images à travers des interfaces novatrices que nous développons nous-mêmes, comme les fresques interactives ou les web-docs, qui font l’objet d’une éditorialisation très poussée. Enfin, nous imaginons des dispositifs qui permettent à l’utilisateur de s’approprier directement l’archive et d’interagir avec elle.  Nous avons ainsi déjà organisé plusieurs concours de « remix » d’images autour de différentes villes – Berlin, Paris, Gdańsk et aujourd’hui Montréal – toujours avec un très grand succès.
Les autres questions posées à Mathieu Gallet : Qu’est-ce qui distingue l’offre de l’Ina sur le marché de la vidéo en ligne ? Quelles stratégies développez-vous pour améliorer le référencement et l’audience des vidéos de l’Ina ?

La publicité sur le moteur de recherche Google par Thomas Guignard, Responsable médias et marché local de Google France

A l’origine du moteur de recherche, Sergei Brin et Larry Page avaient choisi comme sujet de thèse le référencement des pages du Web. A l’époque, les moteurs de recherche existent. L’innovation apportée par Google est le « Page Rank », c’est-à-dire les liens entre pages web comme critère de mesure de leur intérêt pour l’internaute. Ce n’est que dans un second temps que le projet de recherche donnera naissance à un modèle économique. Cette approche, à l’inverse des business plan classiques, est encore prépondérante dans l’entreprise Google : l’objectif est de se focaliser sur la valeur ajoutée du produit et du service pour le public avec à chaque fois une visée mondiale (dimension « scalable » des projets) en termes d’enjeux et d’utilité de « services rendus » aux internautes.
En matière commerciale, Google a évolué dans son approche. Dans un premier temps, la publicité sur le moteur de recherche a été facturée sur le modèle classique qui repose sur le coup pour mille. Assez rapidement, l’option du coût au clic est retenue et se double d’un système d’enchères pour l’achat des mots clés (service AdWords d’achat de liens sponsorisés).
Lire l’intégralité de l’interview en ligne

Orange, agrégateur de contenus culturels sur Internet par David Lacombled, Directeur délégué à la stratégie des contenus, Orange

En tant qu’agrégateur, avez-vous une activité de prescription et de référencement ?
Nous ne sommes pas éditeurs, le portail Orange ne comptant par exemple aucun journaliste. Ce n’est pas notre métier. Pour la production des contenus, nous passons des partenariats avec des acteurs qui apportent leur savoir-faire, leur rédaction et des marques fortes.
Nous optons pour une approche ouverte où nous faisons cohabiter au sein d’un univers de services des médias différents, l’idée consistant favoriser le plus large rassemblement d’acteurs. Nous développons par exemple dans la radio des accords à la fois avec RTL , Europe 1 et France Inter. Ce modèle ouvert nous positionne comme un agent neutre qui favorise la diversité dans l’accès aux contenus. A chaque fois, l’objectif consiste à utiliser l’audience sur Internet d’Orange pour faire émerger ce qui se fait de mieux dans l’océan des contenus afin de le faire découvrir à nos abonnés et utilisateurs. Cette activité de valorisation des contenus par nos services, je la compare souvent à une promenade en forêt : 80 % des promeneurs emprunteront l’allée principale quand 20 % explorent les sentiers annexes et les bosquets, les plus coûteux à entretenir. Notre portail s’assimile à une forêt : il a un positionnement généraliste, mais il est également pluraliste, permettant de découvrir des contenus plus confidentiels.
En tant qu’agrégateur, nous offrons donc des possibilités de navigation mais nous n’endossons pas la responsabilité éditoriale. Par exemple, pour notre page d’actualité, l’information vient de notre partenaire l’AFP, qui la hiérarchise.
Les autres questions posées à David Lacombled : Pouvez-vous revenir sur votre parcours et expliquer en quoi, selon vous, le référencement et la prescription des œuvres culturelles constituent-ils un élément de la stratégie d’Orange ? En tant qu’agrégateur, avez-vous une activité de prescription et de référencement ? Vous confiez-donc la prescription à des tiers que sont les médias ? En tant qu’opérateur, avez-vous une stratégie spécifique qui vous distingue des autres plates-formes ? Quel est alors votre modèle économique face aux grands acteurs des services ?
Lire l’intégralité de l’interview en ligne

Diversité et la richesse de la culture sur Internet par Patrick Zelnik, Président directeur général de Naïve

Les usages sur Internet ont changé. On écoute la musique différemment même si le marché a conservé ses grands acteurs. Cela a-t-il un impact sur un producteur comme Naïve ?
La nouvelle génération va, je l’espère, se rendre compte de la nécessité vitale d’une création pérenne. En effet, grâce au numérique, les jeunes écoutent la musique de leurs parents, Led Zeppelin ou Hendrix. Et quand on écoute ces artistes, on se rend compte de la profondeur de l’offre. Sur Internet, on a donc la possibilité de promouvoir des références que l’on ne trouve pas ailleurs et des musiques plus exigeantes.
En revanche, les acteurs du marché, bousculés par Internet, peinent à trouver de nouveaux « business models ».
Des médias ou d’Internet, qui prescrit le mieux ?  Je répondrai par un exemple. Lors des victoires de la musique, Benjamin Biolay était en compétition. Il occupait la 60ème place sur iTunes. A la fin de la cérémonie, quand Benjamin Biolay a gagné, il occupait la première place sur iTunes.
Les autres questions posées à Patrick Zelnik: Pouvez-vous revenir sur votre parcours et expliquer en quoi, selon vous, le référencement et la prescription des œuvres culturelles ont-ils évolué ? Les structures de marché jouent-elles donc un rôle déterminant dans la prescription ? Internet est-il en train de renverser cette équation et de générer de nouvelles formes de prescription ?
Lire l’intégralité de l’interview en ligne


CULTURE IS FUTURE !

La webographie internationale du Forum : déjà en ligne plus de 100 articles de décryptage au quotidien de l’actualité internationale des sujets du laboratoire d’idées du Forum d’Avignon.

Toujours plus loin - Quelle économie pour les services de télévision de rattrapage ?
British LibraryUne étude de Scholè Marketing  (septembre 2011 )« l’économie de la télévision de rattrapage » présente les futurs enjeux de l’audiovisuel dans un univers connecté. On constate un vrai succès d’audience de la télévision de rattrapage, qui permet une prolongation en ligne de l’offre des chaînes, avec des plates-formes dédiées et éditorialisées.
Lire l'intégralité de l'article

DEBAT 2011 - Prescription et référencement culturel - "Ma culture" en temps réel, nouvelle étape de la prescription ?
British LibraryLors de la conférence de développeurs de facebook f8, Marc Zuckerberg a présenté les prochaines nouveautés du site du réseau social Facebook. De nouvelles fonctionnalités qui permettraient notamment de suivre en direct ce que vos amis et vous-même êtes en train de faire.  « Nous pensons que c’est une étape importante pour aider à raconter l’histoire de votre vie ».
Lire l'intégralité de l'article

DEBAT 2011 – Propriété Intellectuelle - Accord entre Baidu et les Majors
BooksMettant fin à un long bras de fer judiciaire, Baidu, le moteur de recherche chinois contrôlant 76% du marché national, a signé un accord le 19 juillet avec trois majors de l’industrie musicale : Universal Music, Warner Music et Sony Music, Universal Music, Warner Music et Sony Music, réunies dans le joint venture One-Stop.
Lire l'intégralité de l'article

Toujours plus loin - The social Netbook : Livre augmenté recherche réseau social
BooksAlors que Facebook proposait déjà de créer votre « bibliothèque visuelle » pour  lister et recommander à vos amis tous les livres que vous aviez lus, les réseaux sociaux spécialisés dans les livres se multiplient. En France, Babelio existe depuis 2007, proposant des extraits de bande dessinée, des critiques, des citations, etc. et permettant à chacun de partager ses lectures.
Lire l'intégralité de l'article

Toujours plus loin - Musique - Grandcrew, des concerts et une expérience en ligne de qualité et à petit prix : vers un nouveau modèle d’affaires ?
BooksCrée en 2008 par Christopher Esclapez, ingénieur franco-américain passionné de musique, le site GrandCrew propose des centaines de concerts filmés.  Ce projet innovant permet de (re)vivre des concerts en vidéo. Utilisateurs, fans, artistes, labels peuvent depuis leurs profils télécharger ou écouter en streaming des concerts et des enregistrements musicaux, parfois même diffusés en direct.
Lire l'intégralité de l'article

Toujours plus loin - Musées
BooksDans quelle mesure les terminaux mobiles deviennent-ils acteurs fondamentaux de nos musées? Quelles offres proposent-ils aux visiteurs, quels sont les usages ? Quelles sont les stratégies muséales concernant les nouvelles technologies ?


Lire l'intégralité de l'article

Toujours plus loin – Qui est Richard-David Precht ?
PrechtParmi les intellectuels contemporains, Richard David Precht se singularise par le statut qu’il revendique : il faut « accepter le mandat du philosophe, qui consiste à ouvrir les disciplines et à s'intéresser aux sujets importants pour la société. »


 Lire l'intégralité de l'article

Toujours plus loin - La British Library ouvre ses portes à Google : deux siècles de documents prochainement numérisés
Books40 millions de pages d'une des plus grandes collections au monde
d'ouvrages, pamphlets et revues sera bientôt disponible sur Internet. En effet, la British Library, la bibliothèque nationale britannique, a annoncé le 20 juin dernier un programme de numérisation de 250 000 livres dans le cadre d'un accord avec Google Books.
Lire l'intégralité de l'article

Toujours plus loin – Numérisation : la nouvelle renaissance du Comité des Sages
EuropeanaDans un rapport intitulé « la nouvelle Renaissance », le comité des Sages recommande un effort accru de la part des pays européens afin de mettre en ligne les collections de leurs bibliothèques, archives et musées. Le groupe de réflexion de haut niveau sur la numérisation du patrimoine culturel européen, composé de Maurice Lévy, Elisabeth Niggemann et Jacques de Decker,...
Lire l'intégralité de l'article

Toujours plus loin – Réseaux sociaux
réseaux sociauxLes sites de réseaux sociaux font désormais partie intégrante de la vie sociale des nouvelles générations. Dans ce paysage, Facebook occupe une place particulièrement importante, sorte de pionnier devenu, en 6 ans, un acteur majeur sur ce segment de marché.

Lire l'intégralité de l'article




LE FORUM D’AVIGNON SUR INTERNET

  Le Forum d’Avignon sur Internet : études 2009 et 2010 disponibles en ligne, vidéos, photos, …
• Continuez à vous informez sur le nouveau site Internet : suivez toutes les actus et la revue de presse.
• Regardez les vidéos sur le site Internet etYouTube
• Rejoignez la communauté du Forum d'Avignon sur Google +, Facebook et Twitter
• Contribuez à la page Wikipedia
• Les partenaires 2010 du Forum d'Avignon
Pour plus d’informations, contactez-nous : forum-avignon@forum-avignon.org