Newsletter
Septembre 2011
Débats 2011 : quatre débats, quatre études. Ce mois-ci, « la propriété intellectuelle, une valeur universelle ». Préparez les débats et découvrez les interviews exclusives

Avec en exclusivité pour la quatrième édition du Forum :
  • Etude 2011 : la propriété intellectuelle, une valeur universelle

Présentation de l’étude 2011 : la propriété intellectuelle, une valeur universelle

Pourquoi la Propriété Intellectuelle est-elle une valeur universelle ? Comment promouvoir la propriété intellectuelle dans la décennie à venir, par delà les engagements de principe, pour servir quels objectifs ? A qui les artistes, les inventeurs confieront-t-ils la gestion de leurs droits dans les années à venir ? Les différentes parties prenantes peuvent-elles s’accorder sur une nouvelle répartition de la valeur ?  A quelles conditions la protection de la propriété intellectuelle favorise-t-elle l’innovation ?
L’étude Ernst & Young réalisée en exclusivité pour le Forum d’Avignon 2011 a non seulement une vocation pédagogique et mais tente également d’apporter des éclairages sur ces questions.

Objectifs de l’étude
1.    Présenter un comparatif international des enjeux de la propriété intellectuelle dans les pays du G20, en particulier pour la propriété littéraire et artistique. L’étude recense les lois et réglementations en matière de droit d’auteur et présente les convergences et divergences entre les différents pays. On constate que le cadre législatif est largement accepté, sous l’impulsion de l’OMC et de l’OMPI. C’est plutôt la manière d’appliquer les lois qui diverge, selon les choix faits par les pays, mais également selon leur niveau de développement économique et technologique.
Nota Bene : ce comparatif sera complété par la mise à disposition de fiches pays réalisées par les bureaux d’Ernst & Young à travers le monde entier : Allemagne, Arabie Saoudite, Australie, Brésil, , Canada, Chine, Corée du Sud, Etats-Unis d’Amérique, France, Inde, Italie, Japon, Mexique, Royaume-Uni, Russie, Turquie.
2. Soutenir les auteurs, protéger les investisseurs et favoriser l’innovation. La propriété intellectuelle recouvre plusieurs droits, parmi lesquels le droit d’auteur, les droits voisins, le droit moral, les brevets, les marques. Elle a donc plusieurs objectifs selon les différents droits : protéger l’investissement et inciter à investir, favoriser l’application des technologies, garantir l’intégrité d’une œuvre, permettre aux créateurs de vivre de leur travail, permettre au plus grand nombre de disposer d’une vraie diversité de la création, stimuler la R&D et l’innovation. En se croisant, ces différents objectifs soulèvent des questions, de plus en plus nombreuses avec le développement du numérique : la protection de l’intégrité de l’œuvre doit-elle être aménagée pour rendre possible la mise à disposition et l’exploitation de certains fragments de l’œuvre ? L’effectivité de la protection des droits de propriété intellectuelle soutient-elle l’innovation ? Les marques et le copyright vont-ils se rapprocher ?
3.    Appréhender les enjeux techniques et contractuels, le rôle des différents acteurs. Aux questions soulevées par le rapprochement des différents droits de propriété intellectuelle, ainsi de la propriété littéraire et artistique et du droit des brevets, se superposent celles liées à l’évolution des techniques et au comportement des acteurs. Ces derniers peuvent-ils imaginer de nouvelles formes de collaboration pour garantir tout à la fois le respect de la propriété intellectuelle et la créativité inhérente au partage et à l’accessibilité des contenus ? Comment le développement des offres de cloud computing va-t-il redéfinir la gestion des droits de propriété intellectuelle ? Quelle problématique de sécurité cela posera t-il ? Des solutions contractuelles comme les Creative Commons, qui autorisent le partage et offrent des pistes de protection dont certaines sont compatibles avec le droit moral sans entrer dans des processus industriels lourds, sont-elles un complément réaliste aux lois sur le copyright ? Comment gérer l’augmentation des flux, les attentes grandissantes des publics pour un accès universel sans repenser les offres?

Méthodologie / Périmètre :
L’étude sera conduite par International Media & Entertainment Network, avec l’aide d’Ernst & Young Continental Europe Law network et le centre Ernst & Young Knowledge. Le travail de recherche sera complété par des interviews d’artistes, de juristes, d’économistes, de politiques et de représentants d’entreprises.
Les centres E&Y Global Technology et Telecom participeront aussi en donnant leur point de vue sur l’impact des nouvelles formes d’hébergements, de stockage et de partage des contenus.

En savoir plus sur les débats 2011 du Forum d'Avignon

En savoir plus sur l'édition 2011 du Forum d'Avignon 

Les interviews

Le Forum d’Avignon, en partenariat avec Ernst & Young, a mené des entretiens afin d’enrichir l’étude "La propriété intellectuelle, une valeur universelle" qui paraîtra en Novembre 2011.

Le droit d’auteur du point de vue économique par Françoise Benhamou

F. BenhamouFrançoise BENHAMOU est économiste et professeur à l’université Paris 13. Elle enseigne aussi dans de nombreuses universités étrangères, et à Sciences Po. Elle a notamment publié Droit d'auteur et copyright avec Joëlle Farchy.
Les économistes voient le droit d’auteur comme l’introduction d’un monopole sur la commercialisation d’une l’œuvre, au profit du financeur ou de l’auteur, qui a pour effet de limiter la diffusion de l’œuvre mais qui permet d’inciter à la création grâce à la possibilité de rémunérer son auteur et son financeur. Le droit d’auteur crée une tension entre d’une part ce monopole, destiné à assurer  un « retour sur investissement » pour le financeur/auteur de l’œuvre, et d’autre part la possibilité de diffusion de l’œuvre - d’où la limitation de la durée du droit d’auteur afin de favoriser, après un éventuel amortissement, la diffusion des œuvres. A cet égard, à l’heure d’Internet, la durée actuelle de protection (vie de l’auteur  plus 70 ans après sa mort) semble une éternité.
L’histoire du droit d’auteur montre que cette durée n’a cessé de s’allonger. La question centrale est alors : quelle est la durée optimale du droit d’auteur ? D’un point de vue économique, il n’y a aucun argument fort pour l’allonger – à l’occasion du Sonny Bono Act, aux Etats-Unis, qui prolongeait la période de protection, un mémoire signé par un panel d’économistes parmi lesquels plusieurs prix Nobel, réfuta l’utilité d’un allongement de cette durée en montrant qu’il n’aurait pas d’effet incitatif additionnel (en 1998, le  Congrès vote sous ce nom la loi sur l'allongement de la durée du copyright, qui permet aux œuvres d'être protégées jusqu'à soixante-dix ans après la mort de leur auteur et jusqu'à quatre-vingt-quinze ans après la première publication ou édition, lorsque le détenteur des droits est une personne morale).
Lire l’intégralité de l’interview en ligne
Tendance et enjeux de la Propriété Intellectuelle par Lorena Boix Alonso
LBALorena Boix Alonso est Directeur de Cabinet adjoint de Neelie Kroes.
Y a-t-il un parallèle entre le développement des services Internet dans un pays et la régulation de la protection de la propriété intellectuelle ?


Le trafic en temps réel de vidéos continue d’augmenter constamment et représente aujourd’hui en Amérique du Nord et en Europe le plus grand pourcentage du trafic Internet dans les réseaux fixes. Juste après vient le P2P.  Concernant les tendances, des études annoncent que, d’ici 2012, la vidéo sur Internet représentera plus de 50% du trafic des internautes.  En 2015, un million de minutes de vidéo traversera le réseau à chaque seconde.

Ces services nécessitent, pour fonctionner, du contenu qui est souvent protégé par le droit d’auteur. Il est donc évident que la manière dont le droit d’auteur est régulé, en termes de licence et d’application de la loi, a une influence sur la disponibilité des services Internet. Un système de droit d’auteur qui rend l’acquisition de licences onéreuse augmentera le coût pour fournir un service et diminuera les avantages pour les fournisseurs d’offrir un contenu légal. D’un autre côté, un système de droit d’auteur qui n’est pas suffisamment protecteur va diminuer la confiance des ayant droits sur Internet et les dissuader de fournir des licences. C’est pourquoi, dans le but  d’encourager les services de contenus légaux, il est nécessaire d’agir sur les deux fronts. D’un côté, il est nécessaire de s’assurer que le cadre légal permet aux fournisseurs de contenus d’obtenir des licences aussi simplement que possible. D’un autre côté, le droit d’auteur doit être sérieusement appliqué pour donner confiance aux ayant droits.

C'est pourquoi ces deux angles doivent être abordés ensemble. En effet, n’oublions pas que l'objectif de toute mesure est de protéger ce qui est légal.

Autres questions posées à Lorena Boix Alonso : L’application des droits de propriété intellectuelle est-elle moins efficace sur Internet que l’application des infractions criminelles (racisme, antisémitisme, etc.)? Y a-t-il  un manque de conscience ou de volonté politique ? Pensez-vous que nous ayons besoin de nouvelles règles pour organiser les liens entre les fournisseurs de TIC et les ayant droits afin d’améliorer la protection des droits de propriété intellectuelle ? Une politique publique peut-elle renforcer la protection de la propriété intellectuelle en créant une forte volonté d’action de la part des gouvernements et tribunaux ? Quels changements suggérez-vous pour le droit d’auteur en Europe, particulièrement concernant le problème de la copie privée qui est une notion dépassée à l’ère numérique ? Que pensez-vous des tendances de régulation dans ce domaine ?  Comment la régulation ou d’autres éléments pourraient-ils contribuer à satisfaire et le souhait des internautes/citoyens d’un accès aux contenus peu cher ou gratuit et celui des ayants droits d’une juste rémunération ? Quelles sont les prochaines étapes pour améliorer la préservation culturelle dans le domaine numérique et physique ?
© Union européenne, 2008 - 2011
Le contenu de cette interview ne reflète pas l'avis ou la position de la Commission européenne. La responsabilité des informations et des vues énoncées repose entièrement sur ​​l'auteur. La reproduction est autorisée, moyennant mention de la source. 
Lire l’intégralité de l’interview en ligne


La propriété intellectuelle, une notion récente par Olivier Bomsel
O. Bomsel
Olivier BOMSEL est économiste, professeur d’économie industrielle à MINES ParisTech et directeur de la chaire ParisTech d’économie des médias et des marques.

Il faut rappeler tout d’abord que bien souvent l’économie vient après le droit. Le droit répond de manière concrète et pragmatique à des impératifs temporels et politiques. L’économie, elle, observe le fonctionnement des institutions, donc part du droit positif, et essaye de l’interpréter pour analyser ce qu’il autorise en termes d’organisation de la société (lecture des institutions juridiques et économiques de propriété). Le droit de propriété, notamment, apparaît comme une institution qui permet la coordination de la société.
Si la propriété est une notion ancienne, elle a commencé à être interprétée par les économistes, à partir des années 1960, comme institution structurante (Demsetz, Coase). Quant à la catégorie de propriété intellectuelle, elle était impensable dans la première partie du 20e siècle : Schumpeter par exemple ne fait jamais référence à la notion de propriété intellectuelle alors même qu’il fait de l’innovation le moteur du capitalisme. La propriété intellectuelle est une catégorie nouvelle qui apparait dans les années 80 et s’inspire, dans sa conception, des théories de la propriété des années 60 développées par l’école de Chicago. La propriété intellectuelle désigne alors l’exclusivité de l’usage d’information et son exploitation commerciale. Elle vient chapeauter trois types d’institutions du droit qui protégeaient jusqu’ici la création et l’innovation : le copyright, le droit des marques et le brevet.

Lire l’intégralité de l’interview en ligne

Le théâtre de Marigny par Nicolas Dussart

N. DussartNicolas Dussart est Directeur Général délégué du Théâtre Marigny.

Pouvez-vous décrire votre métier et en quoi les questions liées à la propriété intellectuelle influent sur votre organisation ?
Aux côtés de son Directeur Pierre Lescure, nous avons engagé depuis plusieurs mois le Théâtre Marigny, dans une politique ouverte et ambitieuse. Qualité de la programmation, diversité des formats, des genres, des événements, circulation des publics, modernité des installations font de ce lieu historique une nouvelle plateforme d’échanges, de création, d’émotions à la pointe de l’innovation culturelle.
Avec les nouvelles pratiques et attentes culturelles liées au développement des technologies, les enjeux de la question de la propriété intellectuelle sont devenus primordiaux. On pourrait croire de prime abord que les contraintes de la représentation, d’une temporalité « éphémère », de la présence nécessairement « vivante » des acteurs préservent l’espace scénique du débat contemporain sur les droits d’auteurs. Au contraire, le théâtre doit plus que jamais s’adapter aux nouveaux modes de consommation culturelle. Qu’est-ce qu’une salle de spectacle à l’heure du net ? Le Théâtre Marigny a délibérément choisi le futur : captation et retransmission, éditions et applications smart phone, « channel » numérique d’échange avec les artistes, le public… Ces innovations nécessitent bien sûr une adaptation et une attention toute particulière aux mécanismes de propriété intellectuelle.
Autres questions posées à Nicolas Dussart : Quels sont pour vous les 2-3-4 enjeux actuels de la propriété intellectuelle? Quels liens unissent les artistes et les marques  ou les institutions et les marques ou les créateurs et les marques?
Lire l’intégralité de l’interview en ligne

La propriété intellectuelle à l'agenda international par Laurence FRANCESCHINI
L. Franceschini
Laurence Franceschini est directeur général des médias et des industries culturelles du Ministère de la Culture et de la Communication et membre du Conseil d'Administration du Forum d'Avignon.

Quels sont, selon vous, les -deux-trois-quatre- enjeux majeurs liés à la propriété intellectuelle Quelles sont les actions entreprises ?
La propriété intellectuelle est l'un des sujets centraux du Sommet culturel que présidera Frédéric Mitterrand les 17 et 18 novembre prochains à Avignon. Ce sommet a été souhaité par le Président de la République en marge du Sommet du G8, à l'issue duquel les chefs d’État et de Gouvernement des pays ont unanimement souligné l'importance et l'actualité des principes fondamentaux du droit d'auteur à l'ère d'Internet et du numérique.
A l'occasion de ce Sommet culturel, le ministère de la Culture et de la Communication rendra publique une étude exposant plusieurs enjeux majeurs de la rémunération de la création à l'ère numérique – car le numérique ne change pas seulement les moyens de diffusion de la culture, il fait aussi évoluer la propriété intellectuelle à la source en devenant un nouveau levier pour la création et en offrant des possibilités nouvelles pour la gestion des droits. 

Autres questions posées à Laurence Franceschini : Quels sont les pays dans lesquels vous observez des évolutions (initiatives publiques ou privées, projets de loi, règlements, jurisprudences, …) qui pourraient inspirer la France ? A l’inverse, quelles sont les initiatives françaises qui suscitent l’intérêt d’autres pays ? Et comment sont-elles prises en compte par ces pays ? 
Lire l’intégralité de l’interview en ligne

Les enjeux de l'application de la loi par Pierre-Yves Gautier, professeur de droit

PY GautierPierre-Yves Gautier explique que le problème principal pour la protection de la propriété intellectuelle est l’évolution de la loi. Le droit d’auteur, qui décrit ce qu’est la propriété immatérielle dans le champ créatif, existe depuis longtemps. La loi actuelle doit être appliquée, ce qui n’est pas réellement le cas dans tous les pays.

Pierre-Yves Gautier considère que le développement d’Internet a pour conséquence une limitation de la propriété intellectuelle : les consommateurs se comportent différemment et ils veulent des œuvres gratuites ou le moins cher possible. De plus, les innovations technologiques encouragent cette tendance en facilitant un accès gratuit. Les revenus sont ainsi canalisés par les éditeurs de contenu et non les auteurs, une situation qui ne peut durer sur le long terme.

La loi actuelle de protection de propriété intellectuelle est alors inefficace, car il n’y a pas d’application des peines. Par exemple, le film Joyeux Noel était disponible sur DailyMotion sans autorisation. Après une notification à DailyMotion, le film était toujours disponible. En février 2011, la Cour d’Appel de Paris a décidé que DailyMotion n’était pas coupable, se référant à la loi de commerce numérique (LCEN) et non à la loi de propriété intellectuelle. Dans ce cas, un procès est trop couteux pour les auteurs et leurs producteurs car ils ne savent pas s’ils vont gagner. Il y a un paradoxe entre la loi de propriété intellectuelle et les autres lois, particulièrement le commerce numérique. Ce paradoxe s’appuie sur la volonté du gouvernement d’encourager le développement de l’économie numérique, la diffusion de la culture au lieu de garantir l’efficacité de leurs droits aux ayant-droits. De plus, il est très difficile d’avoir une décision efficace dans d’autres pays.

Si de nouvelles règles doivent être imaginées, nous allons avoir besoin d’une cadre mondial pour un accord entre les éditeurs de contenu et les ayant-droits pour organiser le partage des revenus et la protection de la propriété intellectuelle. La réponse technologique, avec GDN (gestion des droits numériques), sera alors inefficace, même si la GDN est utile pour gérer les droits. 

Une autre possibilité est de développer l’éducation à propos de la propriété intellectuelle et de son besoin de protection pour maintenant la création. Mais l’éducation a ses limites et la possibilité d’un accès gratuit continuera à satisfaire les internautes, même s’ils pénalisent les ayants droits. Le « clic » peut être une preuve de consommation pour gérer le payement et redonner aux auteurs un revenu décent.
Lire l'intégralité de l'interview en ligne

Comment appliquer le droit d’auteur dans l’environnement numérique ? par Bernard Miyet

B. MiyetBernard Miyet est président du Directoire de la SACEM. Il a été interviewé par le Forum pour son analyse des enjeux soulevés par l’économie numérique et les récentes évolutions techniques pour la protection des œuvres créatives.
 
Considérations politiques et juridiques
D’après M. Miyet, il a été et cela reste très difficile de trouver une solution satisfaisante au problème de l’application du droit d’auteur dans le monde numérique.
Pour expliquer ce point, M. Miyet fait remarquer que pour la première fois dans l’histoire des usagers tels les compagnies de télécoms et les fournisseurs d’accès  Internet (FAI) tirent parti des créations de propriété intellectuelle par les effets économiques indirects de l’exploitation de ces créations, sans être obligés de rémunérer les ayant-droit en retour. Il est aussi en désaccord avec  la déclaration de l’ancien PDG de France Telecom Didier Lombard disant que les compagnies de télécom devraient considérées comme les héritiers des services postaux qui n’ont pas accès au contenu qu’ils délivrent (un facteur n’ouvre pas l’enveloppe.)
Pour M. Miyet, ce ne peut pas être un argument valide tant que les compagnies de télécom et les FAI sont capable de déterminer à quel contenu (musique ou vidéos) ils offrent accès et prendre profit de ceux-ci. La solution serait de réexaminer  le problème de la responsabilité financière et légal de tels fournisseurs de contenus.
M. Miyet signale également que le but suivi par la SACEM n’est pas d’empêcher la diffusion des œuvres créatives mais au contraire de la promouvoir efficacement, pour l’ intérêt des auteurs et par conséquences de la création en général. C’est la raison pour laquelle d’après M. Miyet, il est nécessaire de trouver un moyen pour faire prendre conscience aux compagnies de télécom et aux FAI de leur responsabilité dans un contexte ou la vente de support de média tels que le CD ou le DVD ont perdu 50% en 4 ans.
Lire l’intégralité de l’interview en ligne

Le droit d’auteur X.0 par Thaima Samman, avocate

T. SammanQuoi de – vraiment - neuf dans le droit d’auteur ?
Sans faire l’exégèse des relations intimes entre technique et droits des auteurs depuis l’essor de l’imprimerie au XVe siècle qui a marqué les débuts de la publication à grande échelle et rendu nécessaire une protection des droits des auteurs, les interrogations afférentes semblent s’amplifier à mesure que les œuvres de l’esprit se propagent sur Internet. Le lien intrinsèque entre technologie et droit d’auteur appelle ce dernier à s’adapter et à relever les défis que la première lui impose. Le sujet n’est, en effet, pas nouveau : le jeune Mozart alors âgé de 14 ans, lors d’une audition du Miserere d’Allegri, œuvre jalousement gardée par l’Eglise et qui ne devait être jouée qu’à l’intérieur de la Chapelle Sixtine pour de rares occasions, réussit à retranscrire sur partition les neuf voix du Miserere, permettant ainsi sa circulation de par le monde et in fine la levée de l’interdiction papale quelques années plus tard. Parfois considéré comme un pirate avant l’heure, Mozart avait eu raison de l’exclusivité que revendiquait l’Eglise sur cette œuvre. Un tel génie demeurant peu répandu, c’est la technologie qui pose les plus grands challenges au  droit d’auteurs d’aujourd’hui.
Lire l’intégralité de l’article en ligne

CULTURE IS FUTURE !

DEBAT 2011 – Propriété Intellectuelle - Apple, un brevet pour empêcher de filmer les concerts
1Apple a déposé en juin un brevet pour une nouvelle génération de caméra pour appareils mobiles, une technologie qui permettrait d’empêcher les utilisateurs de filmer des concerts.  Le système pourrait servir aux industries musicale et cinématographique pour faire respecter les interdictions d’enregistrement durant les spectacles et dans les salles de cinéma. Le système consiste en un capteur infrarouge invisible dans les appareils  mobiles avec une caméra intégrée - téléphones, appareils photos ou caméras.
Lire l'intégralité de l'article

Qui est la société des auteurs audiovisuels ?
2La société des auteurs audiovisuels représente 25 sociétés européennes de gestion collective des auteurs audiovisuels, c'est-à-dire plus de 118 000 auteurs et réalisateurs dans 17 pays. Elle a publié en février un livre blanc sur les droits et la rémunération des auteurs audiovisuels en Europe, cité depuis par la Commission européenne ou l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle et l’UNESCO.
Lire l'intégralité de l'article

DEBAT 2011 - Propriété intellectuelle - Les artistes reprennent leurs droits
3

Nouveau défi pour l’industrie musicale : grâce à une clause de leur contrat, des artistes pourraient devenir propriétaires des leurs anciens enregistrements.En effet, le copyright, révisé en 1976 aux Etats Unis, précise que les artistes peuvent, en invoquant le droit de résiliation, réclamer la propriété de leurs enregistrements.

Lire l'intégralité de l'article

DEBAT 2011 - Propriété intellectuelle - La rispote graduée en GB, USA et Nouvelle Zélande5
Suite à la publication des conclusions du rapport Hargreaves , le gouvernement britannique a depuis précisé sa position.  Tout d’abord, la copie de CD et de DVD au format numérique, pour utilisation privée, va être autorisée sans s’accompagner de compensation pour les producteurs de contenus. Dans de nombreux pays, en France, Espagne et Allemagne notamment, les supports permettant la copie privée font l’objet d’une taxe, une part du prix étant reversée aux sociétés de gestion collective.
Lire l'intégralité de l'article

Toujours plus loin - Propriété Intellectuelle et Croissance : nouvelle approche du copyright en Grande Bretagne
5Le 18 mai dernier, Ian Hagreaves, titulaire de la chaire d’économie numérique à l’Ecole de journalisme de Cardiff, a rendu publique son étude « Digital opportunity, a review of Intellectual Property and Growth » commanditée par David Cameron. Heargreaves y expose de façon claire les déficiences du système actuel et propose de nouvelles mesures pour une propriété intellectuelle efficace qui protège et permette la création.
Lire l'intégralité de l'article

Toujours plus loin - Propriété Intellectuelle : la loi PIPA
6Approuvé le mois dernier, le texte de loi PIPA (Protect IP Act - Preventing Real Online Threats to Economic Creativity and Theft of Intellectual Property Act of 2011.), aussi connu comme United States Senate Bill S.968,  a pour ambition de lutter contre les sites « pirates » qui fournissent illégalement l’accès à des œuvres protégées, en refusant l’accès et la connexion à ces sites, particulièrement ceux inscrits en dehors des Etats Unis et en donnant des pouvoirs inédits de répression au ministère fédéral.
Lire l'intégralité de l'article

Toujours plus loin - Allemagne et droit d’auteur, vers une nouvelle loi ?
7En mai dernier, Bernd Neumann, ministre d’état auprès du chancelier fédéral pour la culture et les médias,  a annoncé lors d’une conférence de presse une réforme des lois du droit d’auteur. Il a signalé que cela se ferait en faveur des auteurs et des créateurs et non des utilisateurs. Il se pose ainsi en opposition au projet équivalent à la licence globale proposant un  impôt forfaitaire pour la culture qui avait été avancé par les verts il y a peu, puis rejeté.
Lire l'intégralité de l'article

DEBAT 2011 – Propriété Intellectuelle - Accord entre Baidu et les Majors
8Mettant fin à un long bras de fer judiciaire, Baidu, le moteur de recherche chinois contrôlant 76% du marché national, a signé un accord le 19 juillet avec trois majors de l’industrie musicale : Universal Music, Warner Music et Sony Music, Universal Music, Warner Music et Sony Music, réunies dans le joint venture One-Stop. Le partenariat a pour objectif de lutter contre le piratage en permettant à Baidu de proposer une offre légale depuis son site.
Lire l'intégralité de l'article

Toujours plus loin – Un nouveau chapitre pour Google et les éditeurs français
L’éditeur Hachette Livre et Google ont communiqué le 28 juillet 2011 les conditions de leur accord pour la numérisation d’œuvres commercialement indisponibles. Seraient concernés près de 50 000 ouvrages épuisés dont les droits sont détenus par le groupe d’édition français. Trois principes guident cet accord afin de respecter les droits des auteurs et des éditeurs. Arnaud Nourry, PDG de Hachette Livres témoigne « c’est un cadre permettant de repartir sur de nouvelles bases, équitables, équilibrées et respectueuses de nos droits et de nos auteurs ».
Lire l'intégralité de l'article

Toujours plus loin - La British Library ouvre ses portes à Google : deux siècles de documents prochainement numérisés
Tunisie40 millions de pages d'une des plus grandes collections au monde d'ouvrages, pamphlets et revues sera bientôt disponible sur Internet. En effet, la British Library, la bibliothèque nationale britannique, a annoncé le 20 juin dernier un programme de numérisation de 250 000 livres dans le cadre d'un accord avec Google Books.
 Lire l'intégralité de l'article

Toujours plus loin - BnF cherche Partenaire pour numérisation
PassionLa Bibliothèque Nationale de France (BnF) et le Ministère de la culture ont lancé mercredi dernier un appel à partenariat privé pour la numérisation et la valorisation des collections de la BnF dans le cadre des « investissements d’avenir » (Grand Emprunt).  La BnF poursuit ainsi son programme, engagé depuis une dizaine d’année et fort d’un million et demi de documents numérisés - notamment depuis l’accord signé avec Frédéric Mitterrand, ministre de culture et de la communication pour la numérisation de 500 000 livres introuvables en librairies.
Lire l'intégralité de l'article

Toujours plus loin - Adoptez un e-book, sauvez un manuscrit
ElektraEn Inde, la libraire en ligne BookGanga s’attaque à la numérisation d’anciens manuscrits en faisant appel au grand public grâce à de petits investissements. L’initiative, appelée « adopte un e-book » et soucieuse de la conservation et préservation du patrimoine littéraire indien, vient d’être lancée.

Lire l'intégralité de l'article

Toujours plus loin - The social Netbook : Livre augmenté recherche réseau social
ThakaraAlors que Facebook proposait déjà de créer votre « bibliothèque visuelle » pour  lister et recommander à vos amis tous les livres que vous aviez lus, les réseaux sociaux spécialisés dans les livres se multiplient. En France, Babelio existe depuis 2007, proposant des extraits de bande dessinée, des critiques, des citations, des classements de popularité par catégories, etc. et permettant à chacun de partager ses lectures. Leur volonté : propager le bouche à oreille.
Lire l'intégralité de l'article

Toujours plus loin - L’avenir de la culture numérique est dans le droit d’auteur
Les technologies du numérique et de l’Internet questionnent l’effectivité du droit de propriété intellectuelle. Par la promesse à un accès universel à la culture (une démocratisation de la connaissance et la reproduction instantanée des œuvres culturelles à un moindre coût), le numérique peut conduire en même temps à un processus de destruction des œuvres de création, et donc à un ébranlement des modèles économiques des industries culturelles.
Lire l'intégralité de l'article

Toujours plus loin - Orbooks réinvente l'édition avec un modèle économique innovant
SéoulRefusant les codes traditionnels de l’édition, les éditeurs de « orbooks » ont mis en place un modèle innovant au centre duquel trône le lecteur. Préférant la sélection d’ouvrages (nouveautés et auteurs établis) à la distribution massive, ceux-ci ont avant tout misé sur le design, la qualité et une promotion originale de leurs publications (Internet, vidéos, articles…).
Lire l'intégralité de l'article

Toujours plus loin - Les secteurs culturels et créatifs en Chine et Union Européenne
FranceUne étude KEA élaborée pour la Commission européenne a pour objectif de proposer un document de travail référençant les secteurs culturels et créatifs de l’Union Européenne et de la Chine dans le cadre du projet “UE-Chine pour la protection de la propriété intellectuelle » (IPR2).

Lire l'intégralité de l'article

Le saviez-vous ? Le piratage du livre numérique coûte 3$ milliards aux éditeurs américains
FranceQuelles pertes le piratage engendre-t-il réellement pour l’industrie du Livre ? Comment les grands acteurs du marché, tels que les maisons d’éditions, peuvent-ils réagir à ce phénomène ? Cet article, publié en mars 2010, confronte la réalité du piratage à ses effets réels sur les industries du livre, présentant notamment des chiffres relatifs au coût du piratage pour les maisons d’édition américaines.
Lire l'intégralité de l'article

Le saviez-vous ? 65% des internautes américains ont payé pour du contenu en ligne.
FranceLe centre de recherche américain Pew a récemment publié en décembre 2010 une étude concernant les habitudes de consommation des américains sur internet. On peut ainsi apprendre que 65% des internautes ont payé pour télécharger ou accéder en ligne à des contenus culturels. On peut également y apprendre que plus de 40% des internautes dépensent entre 1$ et 10$ par mois pour accéder à des contenus en ligne.
Lire l'intégralité de l'article

Le saviez-vous ? 50% des internautes ont téléchargé une musique sans la payer ces trois derniers mois
Le MIDEM a publié avec l'institut Nielsen, en décembre 2010, une étude concernant les habitudes de consommation des internautes vis à vis de la musique. Selon l'enquête réalisée en septembre 2010, plus de 50% des internautes ont téléchargé une musique sans la payer ces trois derniers mois (pas forcément illégalement).

Lire l'intégralité de l'article

Entretien avec Pierre-Yves Gautier
L’inopposabilité aux auteurs français d’une transaction collective américaine (arrêt de la Cour de New York, « Google Books »). Le syndicat des auteurs et l’association des éditeurs améri- cains, la Authors Guild and Association Publishers, ont déposé en 2005 une plainte en nom collectif, une « class action », contre Google Inc., société américaine ayant son siège social en Californie.

Lire l'intégralité de l'article

Le saviez-vous ? Streaming et téléchargement, les chiffres de consommation en ligne
FranceSelon le baromètre REC de l’institut GFK à propos des usages numériques des Français (une enquête réalisée auprès de 1000 internautes français âgés de 15 à 65 ans), la musique en streaming, « c'est-à-dire écoutée via Internet en continu sans avoir à télécharger les morceaux » représente désormais plus de 51% des écoutes sur le Web, dépassant ainsi le téléchargement qui représente 49%.
Lire l'intégralité de l'article

2010LAB.TV

Pour sa quatrième édition, le Forum d’Avignon renouvelle son partenariat avec le 2010LAB.tv.

Retrouvez les très belles vidéos du 2010LAB.tv pour l’édition 2010 du Forum d’Avignon : sur le thème de la « culture et développement urbain » interview de Philippe Augier (maire de Deauville), interview de Didier Fusillier (directeur de Lille 2004 et de MAC Créteil) ; sur le thème de la « numérisation du cinéma», une interview de Ignasi Guardans (ancien directeur de l’Institut du Cinéma et des Arts Audiovisuels, Espagne) concernant  les défis et opportunités en Europe, une interview de  Mahesh Bhatt (auteur, réalisateur et producteur, Vishesh Film) concernant l’inde, et les propos recueillis de Philippe Reynaert  ; interview de Allen j. Scott à propos de l’émergence d’un « capitalisme cognitif et culturel » ; interview de Arjun Appadurai, (anthropologiste de la mondialisation) sur « culture, économie et société » ; entretien avec Ineum consulting, devenu Kurt Salmon autour de l’étude « quelles stratégies pour l’emploi et le développement des territoires » et les paroles recueillies lors de l’ensemble de la manifestation.

Créé à l’initiative de l’institut ECCE (European Centre for Creative Economy), 2010LAB.tv, est une web TV diffusée uniquement sur Internet. Grâce à ses vidéos et à son blog (décliné suivant les thèmes de l’art, l’économie ou encore l’éducation), 2010LAB.tv permet de suivre les projets de la région de la Ruhr et des villes européennes partenaires, notamment ceux qui démontrent des facteurs d’innovation, de même que le « pouvoir économique » de la culture. Actuellement, ce sont 20 auteurs de 10 pays participent au projet, enquêtant sur la culture et la transformation de ces villes. Portail européen pour les industries culturelles et créatives, le 2010LAB.tv souligne l’importance des secteurs créatifs pour l’évolution culturelle et sociale.


Prochaines newsletters - Préparez les débats avec des grands témoins :
  • Débats 2011 : Référencement et prescription culturelle (début Octobre)
  • Débats 2011 :  Culture et écrans connectés (mi Octobre)
  • Débats 2011 : Propriété Intellectuelle, la parole aux artistes (début novembre)

Convaincu que la culture nécessite un investissement personnel et collectif ? Envie d’en débattre ? Le Forum d’Avignon met à votre disposition :
Une veille web internationale sur l’espace « CULTURE IS FUTURE », des études internationales inédites et exclusives, une newsletter mensuelle pour préparer les débats, des vidéos, des interviews, des chiffres clés

Et vous propose de partager vos expériences et vos points de vue 
sur Google +, Facebook et Twitter.
Vos commentaires, contributions et propositions sont importants !


LE FORUM D’AVIGNON SUR INTERNET

  Le Forum d’Avignon sur Internet : études 2009 et 2010 disponibles en ligne, vidéos, photos, …
• Continuez à vous informez sur le nouveau site Internet : suivez toutes les actus et la revue de presse.
• Regardez les vidéos sur le site Internet etYouTube
• Rejoignez la communauté du Forum d'Avignon sur Google +, Facebook et Twitter
• Contribuez à la page Wikipedia
• Les partenaires 2010 du Forum d'Avignon
Pour plus d’informations, contactez-nous : forum-avignon@forum-avignon.org