Culture is future » Attractivité des territoires et cohésion sociale

05.04.2012

Toujours plus loin - Quand une exposition itinérante reconstruit un monde imaginaire

Une contribution de l'université d'Avignon

La rétrospective d’artistes fait l’objet d’innombrables expositions thématiques dans les musées du monde, éclairant le public sur les lignes majeures de la création artistique. Ces lieux dédiés temporairement à la carrière d’un artiste contemporain, laissent entrevoir une véritable attractivité du côté du public. Si « The art of Tim Burton », qui fait l’objet d’une exposition itinérante conçue par le MoMA en 2009, connait un large succès, c’est parce que Tim Burton a construit un univers imaginaire reconnu dans le monde entier. Le parcours scénographique de cette exposition permet de recréer l’imaginaire de l’artiste en mélangeant ses œuvres : des dessins, photographies, vidéos, bandes-sons et même des costumes, révèlent la diversité de son talent artistique méconnu par le grand public. 

            Tim Burton, par ses collaborations avec les studios Disney et Hollywood, fait partie intégrante du marché cinématographique. Lié à l’industrie du blockbuster (Batman notamment), Tim Burton a su façonner une image singulière dans le monde du cinéma fantastique. Ses créatures aussi effrayantes qu’attachantes ont accompagné de nombreuses générations et ce lien d’intimité créé une forte identification à l’univers burtonien. Les lieux d’expositions s’inspirent de cette relation pour poursuivre l’expérience du public avec les œuvres de Tim Burton. Les produits dérivés, au-delà d’une logique commerciale et d’un équilibre économique, permet de maintenir le contact symbolique entre l’artiste et son public. L’exposition itinérante qui prend fin à Paris au sein de la Cinémathèque française, a mis en vente, un catalogue contenant près de 1.000 illustrations sur ces créations, accompagnées de nombreux essais et témoignages. Cette action promotionnelle représente ainsi un complément de revenus au profit du lieu de l’exposition.

            Cette exposition qui se déroule du 7 mars au 5 août 2012, est présentée comme inédite par ses organisateurs, car il est rare qu’un cinéaste contemporain vivant soit à l’origine d’une rétrospective. L’espace de la Cinémathèque a subi un aménagement selon un angle particulier puisque différentes thématiques sont proposées au public. De l’enfance de Tim Burton à Burbank, à sa formation à CalArts (Ecole qui forme les futurs illustrateurs de Walt Disney) pour finir à ses collaborations avec les studios Disney et Hollywood, le public redécouvre, dans une dimension historique, Tim Burton et son intimité. Issues pour la plupart d’archives, ses croquis et ses notes préparatoires de chaque film, affichées au regard du public, permettent de démystifier son univers imaginaire. En effet, le public se rend compte du processus de création et comprend la manière dont les idées émergent avant de donner un résultat, le film.

            Ce même public se rassemble autour d’une même passion, celle du cinéma en général et des films de Tim Burton, dont une majorité partage une sensibilité à son univers. Cette rétrospective n’est pas seulement cantonnée à la Cinémathèque, elle fait l’objet de nombreuses réactions sur la toile qui confirment l’existence d’une communauté burtonienne. Par exemple, la bande annonce de l’exposition, qui a été conçue par Tim Burton, a ainsi été visionnée près de 160.000 fois sur Dailymotion, iTunes qui propose de télécharger ses films, les BO, et bien sûr on retrouve des discussions de fans sur les forums et les réseaux sociaux. De cette manière, l’expérience « Burton » se poursuit aussi bien dans le monde virtuel que réel.

Camille Michel

M1 Publics de la culture et communication
Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse

Crédit photo : Design from Paris