Culture is future » Attractivité des territoires et cohésion sociale

30.08.2011

Toujours plus loin - Promouvoir un tourisme culturel durable dans la sous-région d’Afrique de l’Ouest

Le tourisme est aujourd’hui une des premières industries mondiales ; et l’Afrique subsaharienne, bien que représentant toujours une part réduite du nombre total de visiteurs internationaux (4,1%), a récemment pu enregistrer un taux de croissance de ses flux touristiques bien supérieur à la moyenne mondiale (6% en Afrique de l’Ouest, pour 2,7% dans le monde ; un taux comparable à celui de l’Amérique latine). Afin de faire face aux effets du tourisme de masse qui parfois dégrade les milieux naturels et ne conduit pas à un échange réel entre les visiteurs et les visités  le tourisme culturel semble répondre d’avantage aux préoccupations actuelles et apporter des solutions plus satisfaisantes. En effet, la recherche d'expériences authentiques, « hors des sentiers battus », notamment avec de véritables interactions avec les populations, est de plus en plus visible dans les demandes des touristes du monde entier. Cette demande représente une occasion de répondre, en parallèle, au besoin de promotion et de dynamisation économique des identités culturelles locales, sur lesquelles le désintéressement ou la désinformation peuvent faire planer une menace croissante de disparition.

Ainsi, en privilégiant l’aspect humain et la découverte mutuelle, le programme « Culture, tourisme et développement » de l’UNESCO propose « de lutter contre les disparités régionales, de stimuler le développement durable et équitable par une valorisation équilibrée des patrimoines des communautés ». Toutefois, pour répondre aux critères de respect, de rentabilité et d’équité pour les populations locales mais aussi d’éthique, d’éducation et de solidarité, ce programme stipule que le tourisme doit s’adapter à ses Cultures hôtes. Or les exigences des industries touristiques ne sont pas systématiquement compatibles avec ces critères. Elles peuvent en effet entrainer la folklorisation voire la marginalisation de patrimoines structurant profondément les sociétés dont ils sont issus. Tout reste encore à faire, au-delà de la prise de conscience.

Pour aller plus loin

UNESCO, Programme « Culture, tourisme et développement », Axes stratégiques et propositions de projets, septembre 2004.

Sur le même sujet

Qui est Barthelemy Toguo

 

Crédit photographique : CC-by-sa  « Blog de l’Obj à Toi ! »

Une contribution de l'ESC Dijon / Jérémie Cauët