Culture is future » Innovation et numérique

18.07.2011

DEBAT 2011 - Prescription et référencement culturel - Interview de Annina Svensson, Spotify France

Quel est le rôle de Spotify dans le référencement et la prescription des œuvres ou services culturels ?

Les deux fondateurs de Spotify, Daniel Ek, ancien directeur technique de Stardoll et multi entrepreneur, et Martin Lorentzon, cofondateur de TradeDoubler, ont eu l’envie de créer une alternative viable au piratage sous  la forme d’un accès étendu au plus large catalogue possible. Dès 2006, ils ont donc travaillé au développement de leur logiciel et à la négociation des droits avec les majors, les labels et tous les ayant droits.

Aujourd’hui Spotify est une plateforme de musique complète qui permet l’écoute de musique en continu (streaming) et le téléchargement de musique à l’unité ou en nombre dans un catalogue extrêmement conséquent. Spotify dispose en effet à ce jour des catalogues des 4 majors et de plus de 30 000 labels indépendants. Spotify est aujourd’hui l’une des plateformes de musique les plus exhaustives du marché avec son accès à plus de 15 millions de titres dans tous les styles musicaux. 

Quels sont les principaux mécanismes utilisés par Spotify pour référencer ou prescrire les œuvres et services culturels que vous proposez ?  

Chez Spotify nous avons voulu créer une façon différente de prescrire la musique, dans la mesure où il existait déjà des nombreux supports éditoriaux de qualité. Aussi, nous avons pris la position de nous dire que la meilleure des prescriptions était celle faite par les proches, les amis et les prescripteurs d’opinion. C’est pour cette raison que Spotify travaille depuis le début de sa création à la simplification et à la rapidité du partage de liens par le biais des réseaux sociaux et des mails ou par des URLs. Avec Spotify Social qui intègre Facebook Connect, il devient possible de publier son profil et ses playlists à ses amis. Ils peuvent ensuite en un clic s’y abonner. A ce jour, plus de 200 millions de playlists ont déjà été créées et partagées par nos utilisateurs par ces canaux. Aujourd’hui nous avons d’ailleurs considérablement augmenté notre audience grâce à la puissance de partage des réseaux sociaux.

Nous avons également ouvert nos API’s pour faciliter la création d’un écosystème qui puisse être utilisé par le plus grand nombre que ce soit à titre personnel ou pour des marques ou agences médias. Il y a déjà énormément de projets qui se sont montés avec Spotify comme source de contenus et qui sont complètement indépendants. Cela peut être par exemple des blogs qui les utilisent ou encore des sites de partage et de publications de playlists. Ils fonctionnent comme des  prescripteurs pour nous. 

Quel est le modèle d’affaires de Spotify ?

Spotify est la matérialisation légale de l’utilisation du peer to peer. Dès la création de Spotify, Daniel Ek a eu pour volonté de développer son business modèle sur le Freemium. Il existe donc une version gratuite financée par la publicité qui permet aux utilisateurs de découvrir et de profiter d’ un accès gratuit, limité à notre service, et de synchroniser sa musique personnelle sur son iPhone ou téléphone sous Android. D’autre part deux versions payantes avec Spotify Unlimited qui permet d’écouter de la musique en streaming pour 4,99 euros par mois en illimité sur son ordinateur. Enfin, la version Spotify Premium, qui intègre les avantages de Spotify Unlimited sur son Smartphone, et aussi une qualité audio optimum (320 kbps), tout en permettant d’écouter ses titres et playlists en mode hors connexion. Les utilisateurs de Spotify ont également la possibilité de synchroniser sur leur iPod toute leur musique personnelle sur Spotify. Le service Premium inclut donc la portabilité et la mobilité, et Spotify travaille à améliorer l’accès en rendant sa plateforme disponible depuis des plateformes partenaires tels que Logitech, Sonos, Onkyo, Shazam, etc.…

Aujourd’hui Spotify est une plateforme de musique complète car depuis le mois de mai, il est également possible de télécharger des morceaux à des prix extrêmement intéressants. C’est à dire que si vous achetez les 100 titres de votre playlist préférée, vous ne payerez que 60 euros, soit 0,60 centime le titre.

Dans quelle mesure votre offre culturelle se structure-t-elle en fonction des nouveaux mécanismes de référencement et de prescription ?

Toute la force de Spotify est dans son logiciel et son développement permanent. Nous souhaitons offrir le meilleur service et le meilleur environnement possible pour écouter et découvrir de nouveaux titres, artistes, etc. Grâce à Facebook par exemple il est très simple de faire découvrir sa musique préférée du moment en un simple clic. Cette simplicité de partage a fait de Facebook notre première source de trafic, devançant les moteurs de recherche classiques : ce sont donc les utilisateurs qui poussent des titres, playlist ou des artistes à écouter.

Aujourd’hui chaque utilisateur découvre en moyenne près de 50 titres par mois par le biais de notre plateforme, de nos avant premières, et par ses proches.

Nous mettons également en avant un certain nombre d’actualités par le bais de notre blog, l’envoi d’une newsletter mensuelle. Notre page « artistes similaires » est également très bien fournie, il est donc très facile de découvrir de nouveaux artistes par cette page dédiée.