Culture is future » Innovation et numérique

29.06.2011

Toujours plus loin - La British Library ouvre ses portes à Google : deux siècles de documents prochainement numérisés

britishlibrary40 millions de pages d'une des plus grandes collections au monde d'ouvrages, pamphlets et revues sera bientôt disponible sur Internet. En effet, la British Library, la bibliothèque nationale britannique, a annoncé le 20 juin dernier un programme de numérisation de 250 000 livres dans le cadre d'un accord avec Google Books.

Ces derniers seront disponibles gratuitement pour lecture, téléchargement et recherche - stockés dans les archives de la bibliothèque et accessibles sur le site de la bibliothèque, Google Books et sur Europeana, la bibliothèque numérique européenne.

Les 250.000 documents sélectionnés constituent « un vaste échantillon de livres, pamphlets et périodiques couvrant une période qui a vu la Révolution française et la révolution industrielle, la bataille de Trafalgar et la guerre de Crimée, l'invention du chemin de fer et du télégraphe (...) et la fin de l'esclavage », explique la British Library qui a choisi de privilégier les ouvrages non encore disponibles gratuitement sur la toile. Parmi les premières œuvres publiées, nous pourrons retrouver par exemple le plan du premier sous marin par l’inventeur espagnol Narciso Monturio en 1858. Ce sont uniquement des documents publiés entre 1700 et 1870, donc libres de droits cartombés dans le domaine public. 

Les frais de numérisation seront assumés par Google, qui prévoit 3 ans pour traiter ces quelque 40 millions de pages. Le géant américain d'Internet a déjà noué des partenariats de ce type avec plus de 40 bibliothèques dans le monde, notamment celles des universités de Stanford et Harvard aux Etats-Unis ou celles des Pays-Bas, de Rome, de Florence ou d'Autriche en Europe. C’est aussi pour la British Library un partenariat dans la suite de ceux qu’elle a déjà su mener, notamment la numérisation l’année dernière de 350 ans de journaux, et la collaboration avec Microsoft pour la numérisation de 65 000 livres du 19e siècle.

Lynne Brindley, directrice générale de la British Library, considère ce projet dans la continuité des ambitions de l’institution depuis le 19e siècle : donner au plus grand nombre un accès direct aux œuvres et à la connaissance. Comme pour la plupart des numérisations àgrande échelle, l’initiative rencontre cependant une vive résistance de la part du monde de l'édition. D’autres encore posent la question des publics : les lecteurs iront-ils toujours à la bibliothèque ? Lynne Brindley reste confiance sur ce sujet : «Il s’agit d’une expérience très différente que de regarder les originaux et de les voir en ligne. Je pense que les deux phénomènes auront lieu : les gens verront les livres sur la toile et ensuite cela générera sans doute pas mal d’intérêt de venir voir les articles originaux.»

Bien que déjà très impressionnant, ce projet ne touche qu’une mince partie de la collection de la bibliothèque, riche de plus de 150 millions d’objets : livres, journaux, manuscrits, cartes, cachets, musique, photographies, revues et enregistrements. Il reste encore beaucoup à découvrir de ce temple britannique du savoir. 

Pour en savoir plus 

 

Crédits photographiques : stevecadman  / BY-SA