Culture is future »

30.11.2011

Toujours plus loin - « Culture is future » ou plutôt, pas de culture, pas de futur?

Cela serait une image intéressante à développer, non? Comment cette situation pourrait-elle se présenter ? Quelles seraient les couleurs d’un tel tableau ? Prenons le temps d’imaginer la scène…

Je parie que le paysage que vous imaginez n’est pas particulièrement attrayant! La vie sans culture n’est probablement pas une expérience que nous aimerions vivre. La question demeure toutefois comment serait-il possible de passer par la culture pour prépare un futur meilleur? En quoi la culture est-elle si importante, et que représente-t-elle si l’on considère les choses à travers de multiples perspectives ? Le mot culture possède différentes significations selon le contexte. J’aimerais pour ma part réfléchir plus particulièrement au phénomène d’« identité culturelle », à ce qu’il implique, au rôle qu’il pourrait jouer et aux défis y étant liés.  

Qu’est ce que l’identité culturelle et pourquoi est-ce important ?

L’identité culturelle peut être définie comme ce à quoi un individu se lie ou ce qui donne du sens à la vie quotidienne. Elle peut être constituée de différentes couches, correspondant aux différents aspects de la personnalité de chaque être humain. Les identifiants culturels permettent d’analyser le sujet à travers une variété d’indicateurs, sur lesquels influent le lieu, le genre, l’histoire, la nationalité, la langue, l’orientation sexuelle, les croyances religieuses, l’ethnicité ou les gouts esthétiques. J’ai choisi ici deux exemples personnels pour structurer ma réflexion : 

1. La nationalité

Je suis islandais. Cela compte beaucoup dans ma vie de tous les jours : le temps passé en Islande, les traditions que je transporte avec moi, influent sur ma personnalité. Nous sommes généralement considérés comme un peuple extrêmement nationaliste, peut-être du fait de la taille réduite ou de l’insularité de notre pays ; ce qui est certain est que cela reste perceptible dans chacun de nous. Nous sommes une jeune nation ayant pris son indépendance il y a un peu plus de 65 ans – et ce bien que nous ayons le parlement le plus ancien. Cela signifie que nos traditions culturelles de nation indépendante (c'est-à-dire non influencées par les traditions danoises ou norvégiennes) sont récentes et encore mouvantes. Cela modèle notre identité à plusieurs égards. Nous sommes libéraux et ouverts d’esprit : ainsi il me parait plus simple d’être homosexuel ou immigrant (deux groupes que je me garde de mettre dans la même boite) en Islande que dans de nombreux autres pays et je crois que cela influe sur notre façon de créer, autant que notre nature dramatique – et c’est peut-être pour cela que la scène artistique islandaise est si riche. Nous sommes une petite nation et nous tentons de compenser cela en énonçant constamment une multitude de faits en tout genre sur l’Islande, exactement comme je le fais en écrivant cet article. Nous tentons de remplacer ce sentiment d’insécurité, propre à notre nation, par la mise en avant de toutes ces choses pour lesquelles nous sommes doués, ou pour lesquelles nous sommes, de préférence, les meilleurs ! Chiffres et anecdotes sont brandis sans vergogne et en toute occasion comme un reflet de notre identité culturelle.

2. L'histoire locale 

 Je fais également partie des «Seyðfirðingur », c'est-à-dire une personne venant de Seyðisfjörður, un village de pécheurs sur la côte est de l’Islande. Il est plutôt intéressant que je désigne naturellement l’endroit comme un village de pêcheurs, sachant que la plupart des villages islandais ne travaillent pratiquement plus dans ce secteur suite à la législation kvota mise en place en 1983. Cet exemple est donc typique d’une ville ayant perdue son identité culturelle. Cela crée une certaine confusion et peut avoir pour conséquence la diffusion d’un  sentiment de dépression touchant l’ensemble des habitants. Le statut élevé de la ville dans la communauté des pêcheurs islandais n’a plus lieu d’être et de nombreux habitants se voient contraints de changer de statut également. C’est une transition difficile et cela demande une gestion efficace et un soutien de la part des autorités. De nombreux problèmes sont perceptibles dans ma ville et personne ne s’en est occupé directement, ce qui a pour conséquence que beaucoup se considèrent encore comme pêcheurs, intégrés à une communauté qui n’existe plus. Il y a toujours une usine qui emploie un certain nombre de personnes, mais la gloire auparavant liée à l’industrie de la pêche n’est plus. En plus d’un sentiment de confusion, cela tend à créer des résistances à l’encontre de tout développement entrepris en dehors de ce secteur d’activité. Ceux n’ayant pas réalisé que leur identité culturelle était « dépassée » ne peuvent se rendre compte de la nécessité pour la ville de se construire un futur fondé sur une nouvelle vision des choses, une nouvelle identité culturelle. Dans ce cas particulier,  cette nouvelle vision doit passer par le développement culturel, surtout si l’on considère l’attrait de cette ville aux yeux de la population créatrice et le nombre d’initiatives lancées dans ce domaine…mais c’est une autre histoire.

Ainsi le slogan “culture is future” semble approprié à la situation de la ville de Seyðisfjörður et pourrait surement s’appliquer à bien d’autres cas. Nous devons admettre que nous ne sommes plus un des pays les plus riches du monde ou un acteur majeur au sein du monde économique, mais que nous pouvons encore influer sur le monde par le biais de la culture et des arts. Je pourrais continuer à développer ce sujet encore et encore, mais je suppose que vous voyez où je veux en venir. Par la culture, il est possible de faire une différence, car c’est que qui donne de la couleur à nos vies, nos attaches, ce qui nous rassemble et nous différencie dans un même temps. Si nous apprenons tous à parler et à respecter le langage de la culture nous serons à même de mieux communiquer et de coopérer de manière plus riche, plus paisible et plus belle. 

 

Pour aller plus loin

www.lunga.is

www.sfk.is

www.skaftfell.is

www.aseydi.is

www.blaakirkjan.is

www.visiticeland.com

www.skalanes.is

 

Une contribution de Kaospilot/Björt Sigfinnsdóttir, entrepreneur social

Crédit photographique : Michael Lehenbauer