Culture is future »

14.06.2013

Revue du web - 14/06/2013

L'exception culturelle fait son cinéma

Ce matin l’exception culturelle est entrain d’être discutée à Bruxelles. La France sort l’artillerie lourde : Mme. Filippetti, soutenue par un ensemble de cinéastes européens, dont Costa-Gavras, Luchetti et Mihaileanu ainsi que Bérénice Bojo, ambassadrice du cinéma, mènent la lutte pour défendre l’exception culturelle du vieux continent menacée par des accords de libre-échange transatlantique. La ministre a été rejointe par 14 autres pays européens, qui essayent de convaincre le président Barroso. Voici quelques articles qui font la une. Discussion a suivre de très près. 

La France, fer de lance de l’exception culturelle face au marché libre

Pour Mme la Ministre, il s’agit de défendre l’identité nationale, ainsi que la diversité culturelle européenne. A une époque où les frontières sont rendues floues par un système de connexion perpétuel, les caractères nationaux sont menacés. Filippetti ouvre cette discussion aux autres membres de l’UE et a obtenu le soutien de quatorze autres ministres pour défendre l’exception culturelle européenne. 

Lu sur lemonde.fr

Barroso: un ennemi pour la culture en Europe ?

Dans cette réponse immédiate suite à la réunion préliminaire avec Bruxelles, quatre des onze cinéastes et Bojo présentent l’enjeu principal de cette lutte: empêcher la marchandisation de la culture qui risque de se voir égalisée avec des produits de manufacture, ainsi dénuée de sa valeur immatérielle et proprement innovatrice. Nuance : la question n’est pas de mettre en œuvre un protectionnisme culturel militant face aux Etats-Unis, mais tout simplement de promouvoir la création artistique premièrement au sein de l’Europe afin d’assurer la diversité culturelle du continent.  

Lu sur huffingtonpost.fr

Les negociations de libre-échange entre l’UE et les Etats-Unis menacées par le veto français

La France menace même d’utiliser son droit de véto afin de défendre son exception culturelle face à la position hostile de l’UE dans cet ensemble de décisions prises. La France risquerait de ralentir les négociations et creuse les divisions entre pays membres, tiraillés entre le désir de protéger leur identité culturelle et la volonté de profiter des bénéfices financiers de tels échanges transatlantiques, une chance de stimuler l’économie européenne endiguée dans la crise. 

Lu sur guardian.co.uk

L’exception culturelle plus signifiante que jamais

Kuper, un véritable american in Paris, se veut porte-parole de l’exception culturelle pour un public spécifiquement américain, car il remarque que, à force de vouloir protéger leur langue et leur culture face à l’hégémonie américaine, les français n’expriment leur cause que dans la langue de Molière. L’exception  culturelle serait lost in translation. Kuper, tout comme les onze cinéastes qui font plaidoyer auprès de la Commission européenne, cherche ainsi à atténuer cette véhémence médiatisée à l’internationale en expliquant la vrai nature de l’exception dans la langue de Shakespeare.    

Lu sur ft.com