Culture is future » Innovation et numérique

07.02.2012

Le Forum d’Avignon donne la parole à 25 artistes de renommée internationale sur le thème de la propriété intellectuelle - Laurence Equibley

Le Forum d’Avignon donne la parole à 25 artistes de renommée internationale sur le thème de la propriété intellectuelle. Découvrez chaque jour leurs réponses… 

Laurence EQUILBEY, chef d’orchestre, directrice musicale d’Accentus

Dans quelle mesure les innovations technologiques ont-elles fait évoluer votre métier ?

Une expérience récente pour vous répondre: j'ai développé récemment un diapason électronique, pour supplanter le très ancien diapason à deux branches. Ce nouveau diapason peut donner n'importe quel ton, dans n'importe quel mode, tempéré ou non ; on peut également l'utiliser à l'aveugle. Les possibilités techniques des chanteurs sont considérablement élargies, l'accès aux micros-intervalles est rendu possible, alors qu'il était réservé jadis à la seule électronique. J'ai commandé et créé des œuvres qui utilisent les potentialités de cette machine. Pour moi c'est une  vraie révolution.

Comment percevez-vous la réutilisation de vos œuvres par d’autres ?

On me dit souvent que la création d'Accentus a inspiré en France quelques chefs, qui ont eu envie de tenter une aventure similaire. Je trouve cela enthousiasmant. Je ne suis sinon qu'une interprète, mes œuvres sont déjà en quelque sorte une exploitation de celles de quelqu'un d'autre!

Dans 10 ans, à qui confierez la gestion des droits de vos œuvres ? 

Je laisserai tous mes droits à une association qui œuvre pour l'égalité entre les hommes. Si c’était aujourd'hui, j'en choisirais une qui tente de renforcer la présence des femmes dans les postes exécutifs ; le secteur artistique est notamment loin d'être exemplaire : l'exécutif administratif des institutions culturelles est tenu par à peine 12% de femmes, et la programmation, par ces institutions, de femmes dans des rôles exécutifs artistiques est de moins de 5%... Je pense que ce signal n'est pas un bon signal de société, et je crois que nous paierons un jour cher cette piètre mixité. C'est pourquoi je donnerai mes droits à une cause défendant l'égalité entre les humains.