Culture is future » Innovation et numérique

09.01.2012

Le Forum d’Avignon donne la parole à 25 artistes de renommée internationale sur le thème de la propriété intellectuelle - Wim Delvoye

Le Forum d’Avignon donne la parole à 25 artistes de renommée internationale sur le thème de la propriété intellectuelle. Découvrez chaque jour leurs réponses…

 

Wim DELVOYE, réalisateur

Dans quelle mesure les innovations technologiques ont-elles fait évoluer votre métier ?

La technologie a tout changé et m’a émancipé en tant qu’artiste. En même temps, cela m’a aussi rendu plus dépendant d’autres gens. Elle m’oblige à collaborer avec des spécialistes et à m’intéresser à plus de sujets. Grâce à la technologie mes travaux sont plus diversifiés et plus ambitieux. Nous sommes toujours aussi ambitieux que la technologie que nous utilisons. Grâce à la technologie je peux être également mon propre agent. Cela change beaucoup la relation entre la périphérie et le centre. Je vis dans la banlieue de Ghent : grâce à Internet les artistes à la fois peuvent être locaux et mondiaux à la fois. L’art est beaucoup plus une affaire « holistique » depuis que nous avons ces nouvelles technologies. Sérieusement, je pense que montrer quelque chose sur Youtube, etc. est aussi important que le montrer au MOMA à New-York.

Comment percevez-vous la réutilisation de vos œuvres par d’autres ?

C’est presque flatteur. Mes rayons X par exemple ont une vie séparée sur Internet, une vie anonyme en tant qu’image connues pour être téléchargées et imprimées sur des dépliants, des cartes postales, etc. Bien sûr, je ne suis pas content de voir que je ne suis pas mentionné comme auteur de ces images mais j’aime trop la « liberté » qu’Internet nous offre pour m’en inquiéter. J’ai moi-même utilisé des logos de compagnies connues dans mon travail, alors je ne peux pas trop râler par rapport aux autres personnes utilisant mes images.

Dans 10 ans, à qui confierez la gestion des droits de vos œuvres ?

Je confierai le management de mes droits à  mon entreprise. Cette compagnie existe déjà. Garantir le droit moral est le plus important, puis assurer une large diffusion. Je n’ai aucune illusion à propos des revenus mais ils pourraient aider la compagnie à être « perpétuelle ». Je suis très intéressé par le succès récent des Schtroumfs. Cela a été un travail de 40 ans mais les Schtroumfs sont les Belges les plus connus. Pour moi, il est difficile de choisir entre le succès d’un artiste avant-gardiste et le succès des Schtroumpfs. Mais c’est peut être très « avant-garde » de confondre ces deux différentes ambitions.