Culture is future »

07.03.2014

Manifeste Catalyse 2014 : Réinventer un espace urbain européen

 

Bilbao, le 7 mars 2014. Après le second Forum d’Avignon Ruhr (à Essen, les 27 et 28 juin 2013), le sixième Forum d’Avignon (à Avignon, les 21, 22 et 23 novembre 2013), le premier Forum d’Avignon Bilbao (à Bilbao, les 5, 6 et 7 mars 2014) est le troisième événement à l’échelle européenne du réseau CATALYSE financé par le programme culturel de l’Union Européenne.

Pendant trois jours de collaboration interactive et transnationale, les partenaires européens de Catalyse revendiquent que l’attractivité des villes soit au cœur des élections européennes. Sans une plus grande implication dans le développement des villes, une vision européenne ne peut devenir réalité – en particulier pour la jeunesse européenne. Les exemples de Bilbao, de la Ruhr, d’Avignon, de Metz, de Lens ou de Liverpool démontrent comment la culture peut revitaliser les villes. La coopération entre l’économie, l’industrie, l’éducation, le tourisme, l’innovation, le développement urbain et régional et l’urbanisme devrait être renforcée. Aussi, le réseau Catalyse appelle les responsables politiques européens à soutenir la promotion des villes créatives et culturelles.

Parmi les nombreuses perspectives esquissées durant les Rencontres internationales des Forums d’Avignon, Forum d’Avignon Ruhr et Forum d’Avignon Bilbao – le réseau Catalyse, par son  Manifeste 2014  : « Réinventer un espace urbain créatif européen » rendu public le 7 mars, en appelle aux priorités suivantes afin de renforcer l’attractivité dans nos villes et nos sociétés :

1. Lutter contre le scepticisme citoyen à l’encontre de la culture et du changement. Le changement est inévitable pour les institutions culturelles si elles veulent continuer à être un prescripteur culturel pour un public nourri d’interactivité et de diversité, émergeant aujourd’hui du monde numérique. « Une culture d’ouverture et de curiosité, adoptant une éthique qui valorise le débat, la pensée critique et l’apprentissage est essentielle pour mettre en place un « cerveau pensant » pour la ville, capable d’être à l’écoute des meilleurs initiatives du monde, et d’essayer d’aller au-delà » estime Iñaki Azkuna, maire de Bilbao. « L’engagement sur l’exception culturelle européenne n’a de sens que si elle favorise le financement de la création et le renforcement de la cohésion sociale » justifie Laure Kaltenbach, Directrice générale du Forum d’Avignon.

2. La culture comme catalyseur de l’énergie des villes et des territoires créatifs. C’est le moment de réinvestir la culture dans l’espace urbain pour impliquer et rassembler les citoyens et les politiques, surtout quand un pessimisme latent s’entretient du scepticisme individuel et collectif, et que les structures sociétales et communautaires semblent organisées pour résister au changement. « Aujourd’hui, nous nous concentrons sur la stratégie et le renforcement des processus de développement, avant de financer des projets individuels et d’avoir un retour sur investissement. Cela renforce la durabilité, et le soutien à la culture », souligne Bernd Fesel, Conseiller principal d’ecce et du Forum d’Avignon Ruhr. « Les villes ayant le bon angle stratégique, la faculté de se concentrer à long terme sur des perspectives tournées vers l’avenir, seront capables d’exceller en dehors des dynamiques globales » ajoute Iñaki Azkuna. Rendre la culture accessible pour agir plus, et plus près de chez soi.

3. Enfin, l’importance d’être constant. Collecter des données personnelles culturelles fiables constitue un investissement essentiel, en amont de toute politique de développement cohérente d’une économie créative; en renforçant les études d’évaluation de « l’empreinte culturelle » (c’est-à-dire valider la corrélation positive entre investissements culturels et développement local), et sur les capacités de la culture à transformer la créativité en prospérité durable pour les populations urbaines.

Le changement n’est possible – même au cœur de la crise budgétaire publique – que si les ambitions et les actions concrètes sont incarnées au niveau local comme européen. Le réseau Catalyse appelle les responsables européens à intégrer le rôle de la culture comme une nécessité stratégique pour l’avenir de l’Europe et propose les pistes suivantes :

Incarner le projet de la culture pour l’Europe au-delà du projet « Culture Europe 2020 » par des personnalités représentatives de leur culture nationale, qui devraient être choisies tous les trois ans avec pour mission de conseiller les commissaires européens sur une stratégie culturelle en Europe ;

Multiplier les initiatives communes, comme « un train pour la culture » qui pourrait relier les régions, les villes à leurs citoyens ;

Mettre en œuvre des politiques de transparence dans les villes européennes, supervisées par un réseau européen issu de la société civile, pour mettre en place un cadre législatif au niveau local pour des villes prêtes au changement et donc à l’investissement pour la culture et la créativité – qu’il s’agisse d’un investissement dans des idées créatives ou des fonds privés,

Illustrer des symboles de la vie quotidienne comme les timbres ou les billets de banque par des icônes de la culture ou de l’histoire européenne, choisies par les citoyens européens par vote électronique ;  Mitterrand-Kohl, De Gaulle-Adenauer, Pessoa, de Vinci, Cecilia Bartoli,…

Télécharger le Manifeste Catalyse 2014

 

Let’s rock the Europe of culture !

Qu’est ce que le projet Catalyse ?

Le premier réseau culturel européen (mené par trois partenaires : le laboratoire d’idées Forum d’Avignon – France, le Forum d’Avignon-Bilbao/Metropoli-30/Bilbao, Espagne et le Forum d’Avignon-Ruhr/ECCE, Dortmund, Allemagne, grâce à un financement européen), basé sur une idée forte et avérée : culture et créativité activent l’attractivité des territoires.

Le succès de la coopération du réseau Catalyse confirme la justesse de ce format mêlant culture, économie et villes créatives, qui nous mène à l’étape suivante : passer du trans-sectoriel au transnational. Bilbao Metropoli-30 correspond parfaitement à notre collaboration européenne, puisque la ville de Bilbao est devenue un emblème du renouveau économique et urbain, grâce à de nombreux moyens culturels et des investissements créatifs. Catalyse est donc le résultat d’une expérience déjà existante et réussie, qui justifie la volonté des partenaires de développer un projet de coopération plus ambitieux dans toute l’Europe.

A travers ces buts, ce projet de coopération correspond aux trois objectifs spécifiques du Programme Culturel de l’UE : soutenir la mobilité transnationale des personnes travaillant dans le milieu de la culture ; encourager la circulation transnationale des œuvres et produits artistiques et culturels ; encourager le dialogue interculturel.