Culture is future » Attractivité des territoires et cohésion sociale

05.06.2013

Le pouvoir des artistes

En partenariat avec Sciences Po Paris et son Ecole de la Communication, le Forum d'Avignon vous propose des dossiers thématiques sur "Les pouvoirs de la culture", thème de l'année 2013. 

Les artistes sont au cœur du processus de création. Or, la création étant source d'innovation et de pouvoir, ils ont tout intérêt à prendre conscience de l'influence qu'ils exercent. Mesurer le pouvoir des artistes engage nécessairement à analyser les pratiques et les relations qui se tissent entre eux, les acteurs économiques et les institutions culturelles. Les entreprises voient dans l'originalité des productions artistiques des opportunités nouvelles déclinaisons marchandes et surtout un réservoir de sens pour leurs marques. A contrario, les institutions culturelles sont parfois déstabilisées par des créateurs d'un nouveau genre et par l'élargissement de la destination des œuvres. Le pouvoir, économique et politique, n'en demeure pas moins tributaire des artistes.

Marques de l'art et l'art des marques

Le style de l'artiste est sa signature, la marque indélébile de sa personnalité. Ce que l'on appelle souvent la "patte" des artistes est un signe incontestable de distinction. Distinction, qui intéresse bien entendu les grandes marques. De la marchandisation de l'art à au triomphe de la publicité, en passant par le cas du chocolat Lanvin, voici une étude problématisée interrogeant le rapport entre artistes et marques, à l'aide d'une série d'exemples captivants. 

Lire le dossier

 

Art et luxe

Pour surmonter les défis du marché actuel (banalisation provoquée par la production de masse), l'industrie du luxe s'appuie sur les artistes contemporains. Ce dossier explore, au travers d'exemples fascinants, l'utilisation de l'art contemporain dans la conception même des produits et son utilisation au service de la communication des entreprises de luxe. 

 


Lire le dossier

 

Peut-on relocaliser un filière comme celle du dessin animé en France ? 

La délocalisation d'un centre de création ou de production d'idées est sans aucun doute une perte de pouvoir économique. Comment aujourd'hui relocaliser autour de pôles urbains des équipes de production et de création? Le dessin animé est pour la France un secteur majeur, le seul dans l'audiovisuel dont la balance commerciale reste positive, chiffres à l'appui.

Lire le dossier

 

Le street art à l'heure de son institutionnalisation

Longtemps considéré comme un art contestataire, voire assimilé à de la délinquance, et logiquement illégitime sur le marché de l'art, le street art a désormais sa place dans les institutions culturelles classiques. Que devient le message des artistes une fois intégrés aux circuits de l’art? En contradiction avec l'idéologie première de cette forme de création, celle d'une création urbaine contre l’autorité sous toutes ses formes, rares sont les artistes qui aujourd'hui ne passent pas le seuil des galeries d'art. Le street art nous conduit naturellement à repenser les acteurs de la culture et les centres de pouvoir.

Lire le dossier

 

L'influence du numérique sur les pratiques artistiques et culturelles

Par la rapidité de l’accès aux informations, aux œuvres et au partage du savoir, le numérique libère de nouvelles énergies. L’apprentissage des techniques, l’autonomie, l’initiative rendent la frontière entre émetteur et récepteur, entre producteur et consommateur de plus en plus poreuse. De nouvelles catégories naissent et bouleversent les chemins habituels des institutions. En conclusion d'une analyse approfondie des pratiques artistiques et culturelles, le dossier s'intéresse au cas de la Gaité lyrique, exemple de cette rencontre entre technologies, art et publics.

Lire le dossier