Culture is future » Attractivité des territoires et cohésion sociale

10.01.2013

HY Transportable Opera House : aller au-devant de nouveaux publics

« Ce n’est pas toi qui iras à l’Opéra, mais l’Opéra qui ira à toi » Le panache des concepteurs de l'Opéra "HY 2079" vaut celui du Chevalier de Lagardère : concevoir un spectacle lyrique ambitieux et mobile pour aller au devant des publics populaires de 55 villes de 24 pays.

 

Au départ de cette ambition culturelle, il y a d’abord une œuvre contemporaine et la volonté farouche de donner la chance à un large public populaire de la rencontrer. A l’initiative du projet Yann Ulrich[1], entouré de vingt-quatre mousquetaires – parmi lesquels Benoît Probst[2], Peter Mankowski[3] et Philippe Lacour[4] – aux parcours et métiers différents mais qui partagent une vision commune, celle de trouver des solutions transversales, quitte à bousculer les règles et les frontières trop établies.

 

"HY 2079" est un opéra, électronique, digital et interactif

 

« L'Opéra "HY 2079" est le cœur de l'œuvre "HY" qui nous faire vivre les cents prochaines années de l'Humanité, de 2019 à 2119, entre Terre et Mars décrit Yann Ulrich1, créateur de "HY", saga transmedia sur l’évolution et l’audace. Son déroulement loin des récits linéaires habituels, se veut séquencé, entrelacé et interactif au travers de treize médias, parmi lesquels films, série tv, bd, jeu vidéo et constellation digitale.» Ces innovations dans le récit comme dans la forme sont destinées à un large public populaire « les générations X, Y et Z, de 12 à 65 ans.». Pour leur permettre de découvrir ce spectacle, une scène d'opéra transportable part en tournée de 2014 à 2020, dans les quartiers populaires de 55 villes de 24 pays. « C’est la meilleure façon de nous rapprocher de nos publics, qui n'auraient pu accéder à cette œuvre si elle avait été jouée dans des salles d'opéra traditionnelles ».

 

HY Transportable Opera House, un accès pour tous

 

C’est en s’affranchissant de quatre lois physiques de l’économie de l’opéra que l'œuvre "HY 2079" se donne les moyens d'être rencontrée massivement par de nouveaux publics ; favoriser la proximité : 75% des opéras étant situés dans des quartiers riches, sont fréquentés par un public idoine. Le frein du prix élevé d'une place à l’opéra (90 € en moyenne) peut être réduit de deux tiers grâce à la tournée. La logique d'abonnements empêche l'afflux massif d’un public plutôt prompt à l'improvisation. Enfin, le plus intangible, ce mur de verre, celui de la scène de l’'opéra perçu comme lieu élitiste par des publics qui ne s'y sentent pas chez eux. La solution adoptée consiste à rendre la salle mobile, afin de la rendre susceptible d’aller véritablement à la rencontre de nouveaux publics, via l’installation sur de nouveaux territoires. « Pas nécessairement dans les marges, mais très certainement dans des angles morts de la "scène" artistique locale, dans ces zones grises où, sans être absolument délaissées, les populations n’ont pas spontanément ni facilement accès à des créations de qualité, à la fois exigeantes et populaires » précise le philosophe Philippe Lacour4, co-scénariste de "HY".

 

Supprimer la frontière entre la scène et le public

 

C’est l’effacement de toute « barrière » d’accès qui est primordiale pour Philippe Lacour4 : « La plupart des spectacles vivants font aujourd’hui l’objet de représentation dans des salles, que ne fréquentent qu’un public d’habitués, de spectateurs avertis, d’habitants des environs. Comment ne pas regretter, dans ce cas de figure, la coupure entre la création artistique et le public populaire »

 

Créer la curiosité et le désir de participer

 

« L’objectif de l'Opéra "HY" consiste à devenir un point de repère temporaire dans la ville, accessible à tous. » Benoît Probst2 et Stéphane Ricordel2 de art&Oh, constructeurs de la scène d'opéra transportable de "HY", confirment l’importance des frontières géographiques, culturelles, politiques, religieuses, sociologiques : « Installer un théâtre éphémère et autonome au cœur d’un paysage (urbain), bouscule nos codes. C’est une architecture singulière qui crée physiquement et symboliquement une nouvelle perspective. C’est aussi l’intrusion d’une communauté qui vient bâtir son lieu de vie chez moi pour mieux m’inviter chez elle ». La démarche s’inspire d’expériences comme celle autour et dans la Bulle des ‘Arts Sauts’, où son installation sur une place suscite l’interpellation, sa construction la curiosité, le spectacle l’émotion et son départ l’impression d’un vide… comme le cirque d’antan, crée sur la place du village une curiosité et le désir d’y être sans à priori.

 

Proposer une aventure sans frontières

 

« Je me souviens être allé au cirque étant enfant, être fasciné par tous les sons, les couleurs et les impressions, comme un monde imaginaire qui prend vie. » confirme Peter Mankowski3, directeur technique de "HY", plus sensible aux liens entre le réel et l’imaginaire « Plus que tout, j'ai été fasciné, même hypnotisé, par les visages des interprètes, représentant un vaste monde inconnu dont je ne savais rien mais pour lequel j'étais inévitablement attiré. Quelque chose qui emmène le spectateur dans un lieu inconnu, chatouille ses sens, l'emporte dans une aventure. "HY" un pas, non seulement au-delà des frontières physiques des nations, mais aussi au-delà des barrières que définissent des genres comme le cinéma, le théâtre et l'opéra. Pour "HY", l'idée d'états-nations n'a pas de sens, tout simplement parce qu'il unit les peuples du monde entier autour d'un sujet qui est véritablement mondial, et il le fait d'une manière unique. »

La tournée "HY 2079" qui compte 55 villes de 24 pays va nourrir, loin d’une utopie, une nouvelle vision de l’art lyrique.

 

www. HYopera.com - contact : yann.ulrich@hyopera.com

 

Crédit Photo : ‘HY Opera House v1 in urban districts' - vue in situ, projet architectural avec l'Université des Arts de Berlin (UdK) 2008/2009 © 2012  



[1] Yann Ulrich est auteur, directeur artistique, metteur en scène, co-compositeur, scénographe, concept artist et producteur de HY.

[2] Benoît Probst, art&Oh, constructeur de 'HY Transportable Opera House', a été directeur des ateliers de décors de l'Opéra de Paris de 1999 à 2007, il a développé l'ensemble des éléments scéniques du plus grand show au monde "The House of Dancing Water" à Macao de Franco Dragone, prod: 250 millions €, de 2007 à 2010. Stéphane Ricordel est créateur du cirque "Les Arts Sauts".

[3] Peter Mankowski a été Head of Sound pour le Cirque du Soleil entre 2007 et 2009. Puis il a assuré le sound design des MTV Europe Music Awards 2009 (Beyonce, Foo Fighter, Green Day) et pour l'Orchestre Philharmonique de Berlin avec Sir Simon Rattle.

[4] Philippe Lacour est chercheur associé à l'Ecole Normale Supérieure de Paris et précédemment au Centre Marc Bloch à Berlin. A collaboré avec la cinéaste Nicole Garcia à l’écriture du scénario de “Selon Charlie” en Sélection Officielle du Festival de Cannes 2006. Ses travaux portent sur la philosophie pratique, élargie et à la théorie du droit et à l’épistémologie des sciences humaines, en particulier la linguistique et l’histoire.