Etude Ernst & Young 2010

Les nouveaux moyens de paiement dans la culture – Micro-paiement, fixation des prix et nouveaux moyens de paiement

Ernst & Young a réalisé une étude sur le thème des nouveaux moyens de paiement dans la culture. Cette étude a permis d’alimenter le débat sur la question de la dématérialisation des flux financiers dans la culture, notamment sur l’Internet mobile, et d’envisager des pistes alternatives au « tout gratuit », qu’il s’agisse de monétiser les contenus culturels par le recours à l’abonnement ou au paiement à l’acte. La question du prix, de la gratuité marginale, des seuils symboliques à partir desquels une monétisation est possible sera traitée. L’approche retenue est constituée de trois volets : une collecte de données dans plusieurs pays, l’interview d’économistes et l’interview de dirigeants d’entreprises.

Par ailleurs et comme suite à l’étude 2009 d’Ernst & Young sur la fiscalité en faveur de la culture (benchmark international sur la fiscalité culturelle dans 14 pays), une actualisation de cette étude sera proposée en 2010.

 

Etude sur les nouveaux moyens de paiement dans la culture

Devenir du Web et neutralité : quels enjeux ?

La neutralité du net stipule que tous les contenus sont égaux et doivent donc être distribués de la même manière. Cette approche pourrait se voir remise en cause par des priorités accordées à certaines entreprises prêtes à payer plus pour l’accès au réseau. A la fois garante de l’accès de tous à Internet pour certains et obstacles à son développement pour d’autres, les enjeux autour de ce principe remettent en cause la structure économique et sociale actuelle de la toile.

      Lire l’article

___________________________________________________________________________________________________

L’auto production cinématographique

Le contexte économique et social pousse les acteurs culturels à trouver de nouveaux modes de financement, comme le confirme le développement actuel du cinéma indépendant. En effet, ce secteur tend à se détacher du circuit de distribution classique, modifiant la relation entre l’artiste et son public. Fondée sur plus de proximité et d’écoute mutuelle, cette relation bénéficie de la liberté accrue des réalisateurs, même si de tels procédés induisent une baisse effective des budgets à disposition des créateurs. 

     Lire l’article

___________________________________________________________________________________________________

L’économie du spectacle vivant

Deux études proposées ici par la SACEM reviennent sur le bilan et les perspectives du spectacle vivant en France (2009) et sur le fonctionnement de la rémunération des acteurs du monde du spectacle vivant.

 

Lire les études

___________________________________________________________________________________________________

L’utilisation des « Smartphones » bouscule le « mobile banking »

De plus en plus d’individus utilisent les Smartphones comme intermédiaires avec leur banque, que ce soit pour consulter leurs comptes, effectuer des opérations bancaires ou accéder à des informations et conseils. La montée en puissance de ces terminaux accélère la diffusion du « mobile banking », obligeant les banques à s’adapter et à développer des plates-formes et contenus adéquats. Ce type de services, encore payants dans la plupart des banques, se diffuse donc, bien qu’un modèle économique viable et cohérent soit encore en cours d’élaboration. 

      Lire l’article

___________________________________________________________________________________________________

Le paiement mobile est déjà un succès en Afrique

Alors que l’Europe découvre le « mobile banking » et s’y convertit progressivement, le continent africain semble déjà s’être adapté à ces nouveaux moyens de paiement. Introduits en 2008, ceux-ci connaissent un succès réel, notamment pour les petites transactions, palliant ainsi la fragmentation et l’irrégularité du réseau bancaire. La viabilité et la rentabilité de ces offres induisent une diversification des services proposés par les opérateurs et une multiplication des avantages en faveur des consommateurs.

Lire l’article

___________________________________________________________________________________________________

Etude sur les nouveaux moyens de paiement dans la culture

Micro-mécénat

Les individus peuvent directement soutenir la création artistique en allouant de « petites » sommes via Internet. Des organisations comme Wikipedia, Creative commons ou des groupes musicaux comme Radiohead font appel aux « micro-donations » des individus pour soutenir leur projet.

Définition Wikipedia

 

 

________________________________________________________________________________________________________

 Flattr : Une nouvelle forme de micro-mécénat culturel

Flattr est une plateforme de micro-paiement créée par Peter Sunder, un des fondateurs de Pirate Bay. Chaque mois, les utilisateurs allouent une somme choisie destinée aux auteurs de contenus qu’ils ont aimés : articles, vidéos…  La somme est ensuite distribuée entre les différents auteurs de contenus identifiés par un bouton cliquable Flattr.

Site Internet officiel

______________________________________________________________________________________________________________

Désintermédiation des moyens de paiement numériques

Le futur de l’argent, Daniel Roth, Wired, le 22 février 2010Le futur de l’argent, Daniel Roth, Wired, le 22 février 2010
L’article de Daniel Roth retrace l’histoire des moyens de paiement depuis l’échange de vaches en 9000 avant J.C. jusqu’aux différents moyens numériques de paiement comme Twitpay, Zong ou Hubculture, en passant par la création de la carte de crédit. 

Lire l’article 

______________________________________________________________________________________________________________

La détermination du prix dans l’univers numérique 

Le futur du ‘gratuit’ par Drake Bennett, The Boston Globe, le 28 juin 2009Le futur du ‘gratuit’ par Drake Bennett, The Boston Globe, le 28 juin 2009
Le « Penny gap » ou la barrière du centime est une théorie développée par le capital-risqueur Josh Kopelman qui explique l’échec de modèles d’affaires fondés uniquement sur du micro-paiement. En effet, plus le coût d’un produit s’approche de zéro, plus la tentation de la gratuité devient irrésistible.

Lire l’article

______________________________________________________________________________________________________________

Réglementation du micropaiement en Chine 

Les autorités de régulation chinoises du paiement en ligne pourraient créer un bouleversement dans le secteur, par Kathrin Hille, The Financial Times, 23 juin 2010Les autorités de régulation chinoises du paiement en ligne pourraient créer un bouleversement dans le secteur, par Kathrin Hille, The Financial Times, 23 juin 2010

Les autorités de régulation chinoises pourraient amener les compagnies du secteur de l’Internet -qui proposent notamment des services de paiement en ligne – à restructurer leurs actions. Les compagnies doivent désormais recevoir l’approbation des autorités chinoises pour une éventuelle participation étrangère à l’entreprise. 

                                        Lire l’article

______________________________________________________________________________________________________________

Paiement mobile : 108 millions d’utilisateurs en 2010

Christian D, generation-nt.com, le 21 juin 2010.

Le cabinet Gartner a dévoilé quelques chiffres clés de  l’évolution des usages du paiement mobile :
- augmentation du nombre d’utilisateurs de systèmes de paiement mobile à hauteur de 54,5% entre 2009 et 2010, soit 108,6 millions d’usagers.
- la région Asie / Pacifique est la principale zone géographique concernée par le paiement mobile, avec 62,8 millions d'utilisateurs en 2010

Lire l’article

______________________________________________________________________________________________________________

La nouvelle philanthropie - (Ré)invente-t-elle un capitalisme solidaire ? Par Virginie Seghers,  Autrement (Editions), 2009

La philanthropie connaît dans le monde un essor sans précédent. Il n'y a jamais eu, même en temps de crise financière, autant de milliardaires dans le monde, autant d'inégalités dans la répartition des richesses, ni autant de médiatisation des défis écologiques et sociaux de la planète. Tous les éléments sont réunis pour que les individus les plus riches prennent conscience de leur pouvoir, pour ne pas dire de leur devoir, d'agir pour le bien commun. Mais quels sont ceux qui passent à l'acte? Quelles sont leurs vraies motivations? Dans le sillage de Bill Gates, une nouvelle génération de "philanthrocapitalistes ", chinois, indiens, moyen-orientaux, français, etc., s'engage.

Ce livre dresse un panorama mondial et interroge pour la première fois, en France, les acteurs clés : la philanthropie peut-elle contribuer à la redistribution de la richesse? Est-elle un devoir moral ou une simple façon d'accroître l'influence des plus riches en leur donnant bonne conscience? Dans un monde où le capitalisme, face à ses propres dérives, se veut plus solidaire, cette enquête décrypte les vrais ressorts de la nouvelle économie du don.

Acheter le livre