Culture is future » Financements et modèles économiques

13.03.2013

Derrière la fièvre muséale chinoise

Près de 100 musées par an s’ouvrent en Chine depuis 2000, portés par une véritable politique d’investissements publics.

Dans les années 1920, un paléontologiste chinois, YANG Zhongjian, exprimait ses regrets lors d’un séjour en Europe : « Il n’y pas un seul jour où je n’aie pas honte du manque des musées en Chine ». Il a fallu attendre 1905 pour visiter le premier musée chinois ouvert à Nantong dans la côte Est du pays, et il n’y avait que dix musées en Chine jusqu’en 1928.

Un quasi doublement en dix ans. S’il vivait encore aujourd’hui, M. Yang serait impressionné par le boom des musées en Chine. Leur nombre était de 2 200 en 2001, pour atteindre 3589 à la fin de 2011. Environ 100 nouveaux musées en moyenne se sont donc ouverts par an avec un pic de 349 institutions en 2011 soit un musée par jour ! La fièvre muséale que le monde occidental et le Japon avaient connue dans les années 1980, a saisie la Chine d’aujourd’hui.

5 000 nouveaux musées à construire. Inscrit dans le contexte général de l’expansion urbaine chinoise, cet essor de la construction muséale est avant tout le résultat direct d’un soutien du gouvernement chinois. Il s’agit d’une question de la fierté nationale. Avec la montée en puissance de l’économie chinoise, la culture chinoise est prévue de suivre « un rythme correspondant ». Avec la nécessité d’un double rattrapage: de la conservation d’une part, pour préserver les œuvres nationales; exhumées notamment par des nombreuses fouilles archéologiques, qui ont fait l’objet de détériorations très graves en particulier pendant la Révolution Culturelle; et du niveau d’équipements publics d’autre part. Le nombre des musées pour 10 000 personnes en Chine est encore très faible par rapport aux pays développés (quelque 1 200 musées en France pour 65 millions d’habitants, soit 1 musée par 50 000 personnes). « Avec un musée pour 400 000 personnes aujourd’hui, nous sommes encore très en retard, annonce SONG Xinchao, le directeur de Chinese Musuem Society. « La conseillère d'Etat du gouvernement chinois, madame Liu Yandong, confiait récemment vouloir construire 5 000 nouveaux musées l'année prochaine en Chine. » a dit Irina Bokova, directrice générale de l'Unesco.

Une stratégie d’investir davantage dans la culture. Le budget du Ministère de culture chinois ne cesse de s’accroître. Ses taux de croissance entre 2007 et 2013 en sont l’éloquente illustration :  +25.9% en 2007, + 24.7% en 2008, +17.9% en 2009, +10.7% en 2010, + 22.5% en 2011, + 18.9% en 2012 et +9.3% pour 2013. L’objectif est clair, a affirmé le site officiel du Ministère de la Culture : «Le budget faible pour la culture devra être augmenté pour satisfaire aux demandes de plus en plus exigeantes du peuple chinois ».

Innovation et modernisation. L’ambition se traduit concrètement sur deux actions principales : construire des musées innovants et les rendre attractifs pour tous les publics. La démarche vise aussi bien à élargir les espaces d’expositions : comme ceux du Musée National de la Chine, après une rénovation pendant 4 ans (2007-2010), il s’inscrit désormais dans le club des plus grands musée du monde avec ses 192 000 m² de surface (Le Louvre en fait 210 000); la diversification des thèmes : plus seulement l’« héritage culturel » comme la plupart des musées en Chine, mais aussi la science, le transport..., enfin, la modernisation de la gestion et de l’accueil des musées.

L’autre axe consiste à séduire la population. Depuis 2008, un milliard d’euros est consacré par le gouvernement chinois pour soutenir la politique de gratuité des musées. Premiers résultats : plus de 2 400 musées sont ouverts gratuitement au public, soit plus de deux tiers des musées.

Enfin, valoriser les institutions muséales en favorisant les échanges internationaux. L’accueil ou la diffusion d’ expositions internationales s’appuie sur une stratégie volontaire « Going out, Inviting in » : favoriser des projets d’échanges avec les musées internationaux, tout en soutenant la présence des artistes chinois sur la scène internationale. Une chose est sûre en matière de culture, la Chine s’est éveillée. 

 

Jialong Xu, Olivier Le Guay.

 

À lire aussi:

 

Photo : kreep sur flickr