Culture is future » Attractivité des territoires et cohésion sociale

01.09.2011

DEBAT 2011 - Investir la culture - Interview de Stéphane Mathelin-Moreau, Neuflize-OBC

La banque Neuflize OBC intervient dans le monde de la culture plutôt que sur le seul marché de la culture, c'est-à-dire a opté pour une positionnement transversal développé autour de différentes initiatives, l'objectif étant de soutenir les entrepreneurs: 

 - Un acteur économique : 1er financeur du cinéma français (8 films sur 10 sont financés par Neuflize OBC). Issue de la banque OBC avant la fusion avec Neuflize, l’activité de financement du cinéma en France repose sur une niche sur laquelle s’est positionnée Neuflize OBC, qui détient actuellement  70 % de parts de marché dans ce secteur. Elle finance ainsi les catalogues des entreprises de cinéma, qui constituent le principal actif de ces dernières.

- Une activité de banque et de gestion de patrimoine pour des clients fortunés, en général amateurs d’art. Il est donc important pour la banque d’être présente dans les milieux culturels, d’où les mécénats et l’accompagnement des personnes du monde de la culture. « On a voulu jouer sur l’inconscient de nos clients afin qu’ils associent leur banque à une dimension culturelle et intellectuelle ». Les clients s’approprient ainsi leur banque.

- La banque a également créé une Fondation de Photographie il y a 18-19 ans. Celle-ci est un élément de cohésion sociale pour les 1000 salariés de la banque qui décernent chaque année un prix au meilleur artiste. L’objectif est de promouvoir des artistes contemporains peu connus.

- La banque propose des conférences et dîners thématiques à ses clients, l’objectif étant que chacun vienne avec un prospect. Elle met également à disposition des salles pour des réunions de jeunes entrepreneurs afin de les fidéliser le plus en amont possible, notamment dans le secteur en forte croissance des nouvelles technologies.

- Des activités à destination des vendeurs d’art (galeries, antiquaires, maisons de vente) sont également développées depuis 2001 par Stéphane Mathelin-Moreau, afin de les accompagner dans leurs projets entrepreneuriaux.

- La banque propose également une activité de conseil auprès des clients privés sur les successions et les dations.

- Les clients privés sont aussi accompagnés dans leurs achats d’art avec des propositions de financement par la banque qui s’adossent sur leur patrimoine artistique et non immobilier. Cela constitue une innovation dans la logique de financement.

 

En tant que banque commerciale, Neuflize s’est positionnée sur des niches liées à la culture au sens large, au monde du luxe, de la santé et des technologies :

- Cinéma (70% de PdM sur un marché)

- Média (Internet, Télévision, Radio, Presse Magasine)

- Communication (agences de communication, de publicité, événementiel)

- Art (galeries d’art, antiquaires, maisons de ventes aux enchères, architectes, syndicats + quelques musées)

- Mode et Luxe (entreprises qui recèlent une valeur liée à leur marque et notoriété)

- Diamantaire (bijouterie, joaillerie en amont de la distribution)

- Santé (relai de croissance de l’activité de la banque : laboratoires, Crèches, Biotech, EPHAD, cliniques privées)

- Entrepreneurs de la finance (manager de sociétés de private equity et sociétés de gestion qui gèrent des actifs privés)

- Immobiliers professionnels (marchands de biens et promoteurs).

 

Le business model a été construit en misant sur des entrepreneurs ou familles détenant le capital des entreprises (pas de filiales de groupes). L’objectif est de récupérer les actifs des entrepreneurs comme client privé.

La concurrence (Rothschild, Lazard, Martin Morel, JP Morgan) est positionnée sur les mêmes cibles, ce qui a conduit Neuflize-OBC  à se positionner le plus en amont possible en misant sur l’accompagnement des nouveaux entrepreneurs. Cette stratégie place Neuflize OBC également en concurrence avec les grandes banques, d’où le choix de niches et de métiers très spécialisés que la banque fait vivre par des clubs.

La banque suit des indicateurs pour mesurer les impacts de ses initiatives, en voyant notamment la part de nouveaux clients venus après avoir participé à des conférences ou des diners…

 

Crédit photographique : Forum d'Avignon