Culture is future » Innovation et numérique

04.06.2013

Contribution : "Twitter, un miroir culturel" par Virginie Spies

Avec  plus de 200 millions d’utilisateurs dans le monde[1], Twitter connaît un succès croissant. Parmi les discussions qui émergent sur ce réseau, le live-tweet des fictions télé se développe de plus en plus. L’analyse de ces discours montre que parler d’une série sur Twitter consiste, au-delà des commentaires, à dévoiler ses goûts et ses pratiques. Désormais, les réseaux sociaux nous tendent un miroir culturel.

Nous l’avons vu ici le mois dernier, la télévision se porte bien et les réseaux sociaux renforcent la primauté du petit écran. Lorsque le public témoigne de ses pratiques médiatiques sur les réseaux, il le fait notamment sur Twitter, et cette démarche n’est pas anodine. Via la pratique du Live-tweet, de nombreux programmes sont commentés sur Twitter, et au-delà des émissions de flux, nombre d’internautes parlent désormais des fictions qu’ils regardent. En France, une série comme « Plus belle la vie » sur France 3 connaît un grand succès d’audience à la télévision[2], mais aussi sur les réseaux sociaux où chaque soir, des internautes se retrouvent pour partager leurs impressions, leurs sentiments, et dire ce qu’ils pensent de leur série préférée. Aux Etats-Unis, la série d’ABC « Scandal » compte plus de 200 000 abonnés sur Twitter et plus de 850 000 fans sur Facebook à la fin du mois de mai 2013. Via les réseaux sociaux, les chaînes déploient une stratégie marketing qui permet de créer de l’attente chez les téléspectateurs et d’encourager les discussions autour de la série.

En Europe comme aux Etats-Unis, plus aucune fiction télévisuelle ne se déploie sans une armada communicationnelle sur le web. Du côté des internautes, l’analyse des discours produits nous renseigne sur le sens de ces actions[3].

Parler de ce que l’on regarde, parler de soi

L’analyse des discours émis sur Twitter par des internautes à propos des séries révèle plusieurs éléments notables :

. Lorsqu’ils parlent d’une fiction, les internautes affirment leur adhésion à un club, se situent dans une communauté de fans. Ces fans mettent avant une culture commune et experte.

. Cette culture est distinctive et permet aux fans de se différencier par rapport aux autres publics, à tel point qu’il est difficile, voire impossible d’entrer en communication avec eux sur Twitter, si l’on ne possède pas la culture de la série.

. Il y a donc une communauté d’interprétation qui s’exprime par une activité créative d’écriture et le fan n’est plus un simple récepteur : il s’exprime et prolonge sa lecture des séries par la production de nouvelles significations.

En l’espèce, Twitter est devenu un outil qui permet à un certain nombre de personnes de mettre en avant leurs compétences sur les programmes qu’ils commentent. Ainsi, parler régulièrement d’une série sur Twitter consiste à entrer en conversation, donner son avis mais également parler de soi et de ses propres pratiques.

Si désormais chaque programme est susceptible d’être commenté sur Twitter, ce sont cependant les émissions populaires comme les télé-crochets qui connaissent le plus de succès. En France, pendant la 2ème saison de « The Voice », ce sont 5 millions de tweets ont été publiés par les internautes, avec un score de 6 000 tweets par minute au moment de l’annonce de la victoire du gagnant, Yoann Fréget, lors de la finale. Cette dernière émission s'est hissée parmi les 10 sujets les plus populaires dans le monde sur Twitter. Le compte de l’émission compte plus de 220 000 abonnés. De l’autre côté de l’Atlantique, près de 1 500 000 personnes sont abonnées au compte Twitter de la version américaine de « The Voice ».

Ainsi, en commentant ce qu’ils voient à la télévision sur Twitter, les téléspectateurs-internautes parlent de ce qu’ils sont, dévoilent leurs pratiques médiatiques et culturelles. Twitter nous tend un miroir qui, en nous invitant à une réflexion sur les programmes, nous conduit à une pratique réflexive qui consiste à parler de nous et de notre rapport à la culture.

A propos de Virginie Spies

Virginie Spies est maître de conférences à l’université d’Avignon. Sémiologue et analyste des medias, elle est l’auteur de l’ouvrage “Télévision, presse people : les marchands de Bonheur” (INA – De Boeck). Ses recherches actuelles portent sur les liens entre la télévision et les réseaux sociaux.

 

Son blog : http://semiologie-television.com/

Sur Twitter : @semioblog


[2] Avec 5,7 millions de téléspectateurs le 29 avril 2013 (http://www.pblv-plusbellelavie.fr/archive/2013/04/30/carton-d-audience-pour-plus-belle-la-vie.html)

[3] Les pistes évoquées ici sont le fruit de mes recherches en cours sur le phénomène du live-tweet.