Culture is future »

30.07.2014

Contribution : "Les Radio Campus, 18 ans d'existence, laissent la voix libre aux étudiants" par Clémence Macaluso

 

 

Les Radio Campus se sont créées dans un contexte particulier, d'abord illégalement puis reconnu nationalement. Elles offrent un contenu alternatif aux radios dites commerciales et mettent en valeur la culture, la création radiophonique et l'engagement associatif des étudiants. 

 

Entre légalité et illégalité
Au début du XXème siècle, quand le matériel et la technique de cette innovation technologique sont devenus accessibles, certains amateurs ont décidé de créer leur propre radio. En France, pour réguler et éviter le capharnaüm radiophonique, la loi de finances du 30 juin 1923 est créée et les radios doivent se nationaliser. Cette loi laisse de la marge pour les radios privées : elles doivent obtenir une autorisation pour émettre, s'acquitter d'une redevance, et enfin laisser le contrôle de l’État sur le contenu.

C'est dans ce contexte politique que les radios libres émergent. Pour contrer ce qu'elles considèrent comme une oppression, certaines radios vont diffuser illégalement. Dans les années 70, les radios libres se créent et revendiquent le droit à l’expression et la fin du monopole d’État. On peut citer les premières comme  Radio Alice en Italie ou encore la célèbre Radio Caroline en Angleterre. La radio sera sous le monopole d’État jusqu’en 1981.

L'émergence des Radios Campus
Et dès 1969, Radio Campus émet (illégalement toujours). Elle est basée à Villeneuve-d’Ascq en haut d’un bâtiment universitaire de l’Université de Lille.
Les radios campus sont d'abord européennes avec la création en 1987 de la FERUE (Fédération Européenne des Radios Universitaires et Estudiantines) à l'initiative de Radio Campus Bruxelles et de Radio Campus Strasbourg. En 1996, les radios campus s'associent et créent le réseau IASTAR France. En 2011 le nom change et devient Radio Campus France. Elles rassemblent un ensemble de valeurs communes : la diffusion de la culture, la citoyenneté, la création sonore et radiophonique, le tout de la part des étudiants bénévoles. Elles sont alors soutenues principalement par des subventions publiques sans quoi elles ne pourraient pas exister.

Aujourd'hui on compte 25 Radio Campus en France dont 21qui ont une fréquence FM. Plus de 2800 bénévoles et plus de 75 professionnels salariés participent à ce projet. Des partenariats sont mis en place avec des structures culturelles ou des événements pour permettre aux étudiants de couvrir par exemple le Festival d'Avignon avec un angle qui leur est propre.

 

Clémence Macaluso, Master 1 Stratégies de Développement Culturel, Université d’Avignon