Culture is future »

22.09.2015

22/23.09.2015 : Forum d’Avignon Ruhr – Essen

FORUM D’AVIGNON RUHR 2015

« CULTURE IS DIGITAL – DIGITAL IS CULTURE »

 22 et 23 septembre – Essen

Revivez le Forum d'Avignon Ruhr 2015

 


  • Mardi 22 septembre 2015 à 19h

Prix N.I.C.E, Gallery Alte Mitte, Essen

En lançant en 2013 le Prix « Network for Innovation in Culture and Creativity in Europe » (N.I.C.E.), ecce a mis en place une plateforme pour les acteurs des industries culturelles et créatives, qui vise à promouvoir l’innovation.

L’exposition N.I.C.E. présentera cette année 15 projets innovants issus de toute l’Europe et sélectionnés sur la base d’un concours. A l’issue de la sélection, le gagnant se verra remettre le Prix N.I.C.E. par Garrelt Duin, Ministre de l’Economie, de l’Energie, de l’Industrie et du Commerce de l’état de Rhénanie-du-Nord-Westphalie le 23 septembre.

Le Forum d’Avignon a été présélectionné pour le Prix N.I.C.E. 2015 : découvrez son projet de Data Ethical Culture Observatory.

  • Mercredi 23 septembre de 10h à 17h au Théâtre GOP Variety

Retrouvez le programme détaillé des conférences.

Thème :

Nous vivons dans un monde toujours plus numérisé. Contenus, applications et structures numériques occupent tous les aspects de notre vie quotidienne et transforment la société de manière aussi rapide que profonde.

Et pourtant, nous ne sommes qu’au début de la révolution numérique : alors que nous avons eu sept années pour nous familiariser aux smartphones, nous devons déjà nous habituer à l’idée que demain, des ordinateurs intelligents conduiront nos voitures. De nouvelles façons de penser et de nouvelles cultures de l’action, de nouvelles valeurs et de nouveaux systèmes d’évaluation ont émergé à travers les médias et les technologies numériques. Les données à grande échelle – le big data – forment la base de ces systèmes et en mettent de nouveaux en avant, repoussent les barrières de l’industrie et redéfinissent les marchés et les perspectives.

Les évolutions numériques sont aussi et surtout un défi culturel pour la société dans son ensemble. L’individu, à la fois anonyme et transparent, avec ses « traces » numériques perdues dans le déluge des flux de données, devient une marchandise économique, alors que la politique et l’économie se disputent la suprématie en termes de définition et de conception.

La culture – les industries culturelles et créatives se déployant dans les secteurs de la musique, des films et de la littérature, de la publicité, de l’art et de l’architecture –, accuse ces bouleversements avec toutes les opportunités et les risques qu’ils comprennent, et reste en même temps le moteur de cette révolution numérique. Les offres numériques, qui se comptent par millions, et leur utilisation par des consommateurs du monde entier – soit via une application dédiée dans les musées, avec des livres sur ebook ou de la musique et des films sur smartphone – ont résolument déplacé le web et les modèles économiques dans l’économie créative ou les zones extrêmement commerciales de la culture.

Les industries culturelles et créatives, dans leur expression numérique ne sont donc plus seulement prospères dans leur ensemble, mais mettent également les individus au premier plan, promeuvent l’identité et connectent les cultures – prédestinées à participer au modelage de l’avenir numérique avec vision et pragmatisme.

En 2015, la numérisation représente une nouvelle priorité pour la politique culturelle européenne : la Commission européenne, nouvellement élue à l’automne 2014, a décidé de faire de la culture un champ d’action dans le cadre de l’établissement d’un marché unique numérique. La communauté du Forum d’Avignon travaille sur une « Déclaration préliminaire des droits de l’homme numérique » comme base d’une législation européenne. Déjà en 2014, le gouvernement allemand avait commencé à travailler sur un agenda numérique qui incluait les industries culturelles et créatives, alors que le « Cultural Funding Act » de la Rhénanie-du-Nord-Westphalie mentionne très clairement la promotion de « projets interdisciplinaires et la production et la présentation de formes d’art numérique » tout comme la numérisation de la culture analogue.

Le débat sur la numérisation et le big data n’en est qu’au début dans la filière culturelle. Il est caractérisé par une faible expérience, de maigres échanges et coopérations, un manque de débats différentiés sur les opportunités, les risques et les perspectives, mais aussi par de grandes inquiétudes pour l’avenir.

Le Forum d’Avignon Ruhr 2015 se veut être le laboratoire d’idées qui mettront en lumière les opportunités et les risques de la révolution numérique pour la culture. Il sera l’opportunité de mener des débats critiques avec des intellectuels et des décideurs des milieux culturel, politique et économique en Europe. Avec une sélection d’initiatives de bonnes pratiques, d’incitations et de discussions au sujet des principes économiques et des critères éthiques, le Forum d’Avignon Ruhr vise à ouvrir un débat sur les faits et à prôner la pertinence et le rôle crucial de la culture dans l’avenir numérique.

A propos :

Le Forum d’Avignon Ruhr s’appuie sur un partenariat franco-allemand entre le laboratoire d’idées Forum d’Avignon et ecce. Le but de cette coopération est de contribuer culturellement à des politiques d’avenir en rassemblant les chefs d’entreprises, intellectuels et décideurs européens, issus des milieux de l’économie, de la politique, des médias, des sciences et de la culture. La 4ème édition se tiendra les 22 et 23 septembre 2015 dans la ville d’Essen.

Plus d'informations sur le Forum d'Avignon Ruhr